Marché des forêts Prix moyen des forêts en hausse, record de transactions sur les petites surfaces

AFP

Paris, 18 mai 2016 (AFP) - Le prix moyen des forêts est reparti à la hausse en 2015 et un nombre record de transactions a été enregistré sur les petites surfaces, qui attirent les particuliers en quête de bois de chauffage, selon l'Indicateur 2016 publié mercredi.

Après quatre ans de stabilité, le prix des forêts françaises a augmenté de 2,8 %, pour une valeur moyenne d'environ 4.000 euros/hectare, selon l'indicateur du marché des forêts élaboré chaque année par la Fédération nationale des Safer (FNSafer) et la Société forestière de la Caisse des dépôts.

« Si le prix du bois poursuit une hausse modérée, l'augmentation du prix moyen de la forêt s'explique plutôt par la baisse continue des taux d'intérêts », estiment ces organismes dans un communiqué. Les prix se situent en grande majorité dans une fourchette allant de 650 à 11.700 euros/hectare. Depuis 1997, le prix moyen nominal des forêts françaises a doublé.

En parallèle, le nombre de transactions a de nouveau progressé, avec 16.000 ventes conclues en 2015. « C'est un record, atteint grâce à la hausse des ventes de parcelles inférieures à 10 hectares », une tendance amorcée il y a quelques années, a précisé Robert Levesque, du bureau d'études de la FNSafer.

L'indépendance énergétique est la « motivation principale » de ces acheteurs, souvent des particuliers en zone rurale intéressés par du bois pour leur chauffage, a-t-il souligné.

Baisse des ventes des grandes forêts

Les surfaces totales échangées sont en baisse de 3,4 %, à 109.300 hectares, en raison de la « contraction » des ventes de grandes forêts, de plus de 100 hectares. Seulement 110 ventes de forêts supérieures à 100 hectares ont été réalisées (- 8 % sur un an), faute d'offre suffisante pour satisfaire la demande. Ce recul « pourrait traduire la réticence des propriétaires à se défaire de leur patrimoine, considéré comme une valeur refuge depuis la crise économique », estiment les auteurs de l'indicateur.

Les acquéreurs de forêts sont en majorité des investisseurs privés, souvent des contribuables redevables de l'impôt sur la fortune (ISF), mais aussi des groupements forestiers, des industriels intéressés par les nouveaux modes de valorisation du bois dans les énergies renouvelables ou des agriculteurs voulant agrandir leurs terres pour optimiser l'irrigation.

A l'avenir, le prix des forêts « devrait rester à la hausse car le prix des sols reste élevé, les terres agricoles étant très recherchées », a estimé Jean-Pierre Mesnil de la Société forestière. Seulement 1 % des transactions sur les forêts françaises sont faites par des étrangers.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous