Corse Un syndicaliste agricole condamné pour le saccage du bureau d'un fonctionnaire

AFP

Le président du syndicat agricole FDSEA et de la chambre d'agriculture de Haute-Corse a été condamné mardi à Bastia à six mois de prison avec sursis et 1 500 euros d'amende pour le saccage du bureau d'un fonctionnaire.

Quatre mois d'emprisonnement et une amende de 800 euros avaient été requis contre Joseph Colombani qui était poursuivi pour « destruction du bien d'autrui » commise en réunion et sur un bien d'utilité publique. Cet éleveur de bovins avait fait irruption le 21 octobre dernier dans le bureau du directeur départemental des territoires et de la mer (DDTM) pour protester contre la suspension temporaire le temps de certains contrôles du versement des aides européennes sur l'île et dénoncer « le désespoir du monde agricole ». Il s'était emparé d'un extincteur avec lequel il avait détérioré « deux bureaux, un ordinateur, un téléphone et deux chaises », a détaillé la présidente du tribunal correctionnel de Bastia.

Joseph Colombani a assuré devant le tribunal avoir mené « un acte syndical » pour empêcher que la situation d'agriculteurs corses, privés d'aides le temps que des contrôles soient effectués, ne dégénère et qu' « un agriculteur se fasse du mal ou fasse du mal à un contrôleur ». Selon lui, suite à cette action, les contrôles par photographies aériennes des parcelles éligibles aux aides européennes, contestés par les agriculteurs, ont été « retirés » et « remplacés par une visite terrain ».

Des fraudes et 40 % d'anomalies contre 10 % sur le continent- dans les déclarations de surface pour obtenir des aides européennes en 2018 ont donné lieu à 850 contrôles d'exploitations agricoles corses dont 650 nécessitent des visites sur place. Au procès, aucune partie civile n'était présente, ni la DDTM, ni la préfecture qui avait porté plainte.
Plusieurs dizaines d'agriculteurs et le président de l'Assemblée de Corse, l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, ont assisté au procès en soutien à Joseph Colombani et à un autre agriculteur, Philippe Flori, qui a été condamné à deux mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve de 18 mois ainsi que 500 euros d'amende pour s'être placé devant la porte du DDTM pendant que Joseph Colombani commettait son action, empêchant quiconque d'entrer. Lors de la garde à vue des deux hommes, des incidents avaient éclaté devant le commissariat de Bastia. Jean-André Flori, le frère de Philippe Flori, a été condamné le 31 octobre à 10 mois d'emprisonnement dont 5 avec sursis et mise à l'épreuve pendant 18 mois pour avoir porté un coup de poing à un CRS ayant entraîné une ITT de 40 jours lors de ces heurts.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous