Matières premières agricoles Wilmar évoque un possible retard de son introduction en Bourse en Chine

AFP

Wilmar, le géant singapourien des matières premières agricoles et de l'agroalimentaire, a évoqué jeudi un possible retard de son introduction en Bourse en Chine, en raison de l'impact de la propagation du Covid-19.

« Nous nous attendons à une approbation cette année, même si elle pourrait être légèrement retardée par l'épidémie de Covid-19 » a indiqué Wilmar dans un communiqué, faisant référence à la demande d'introduction en Bourse effectuée par le groupe auprès des autorités chinoises.

« Il n'y a aucune certitude ni aucune assurance sur la date », a ajouté Wilmar à l'attention de ses actionnaires, précisant par ailleurs que le groupe « ne s'attend pas à un impact majeur de l'épidémie sur ses activités qui portent essentiellement sur le secteur alimentaire ».

Wilmar, l'un des principaux groupes d'agrobusiness asiatique, fondé en 1991 et basé à Singapour, a annoncé dans la foulée une hausse de 15 % de son bénéfice net 2019 à 1,29 milliard de dollars, sur un chiffre d'affaires en retrait de 4,2 %, à 42,6 milliards. Sur l'année, l'activité de trituration d'oléagineux, bien qu'affectée par l'épidémie de peste porcine en Chine, a été meilleure qu'anticipée au deuxième semestre, a souligné le groupe.

Au quatrième trimestre 2019, Wilmar a vu son chiffre d'affaires progresser de seulement 0,5 % à 11,2 milliards de dollars, alors que son bénéfice net a plus que doublé sur la période, à 438 millions, aidé par « les bonnes performances dans le domaine des huiles végétales et les céréales et la hausse des cours de l'huile de palme ».

Dans le seul secteur des huiles tropicales, huile de palme essentiellement, le bénéfice avant impôt a progressé de 54 % sur l'année, à 841,6 millions de dollars.

Dans le secteur oléagineux et céréales, le bénéfice imposable a reculé de 27 %, à 636,9 millions de dollars, résultat d'une baisse des volumes et des marges liée à la crise de la fièvre porcine africaine dans les élevages porcins chinois.

Le groupe a prévenu que l'épidémie de Covid-19, si elle se prolongeait, « pourrait avoir un impact plus important » sur ses activités. Actuellement, l'épidémie a apporté de la « volatilité sur les marchés des matières premières agricoles et une difficulté d'exploitation supplémentaire, surtout en Chine », a reconnu le PDG du groupe, Kuok Khoon Hong, cité dans un communiqué. « Mais nous n'anticipons pas d'impact majeur sur nos activités qui portent essentiellement sur le secteur alimentaire », a-t-il ajouté.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous