Europe du Sud et de l'Ouest Encore au moins une semaine de canicule

AFP

PARIS, 10 août (AFP) - Incendies, sécheresse, malaises dus à la chaleur, la canicule prévue pour encore au moins une semaine, continue de faire des ravages dans l'ouest et le sud de l'Europe où l'on enregistre des températures record, y compris pour les eaux de baignade en mer Méditerrannée.

En Espagne, une femme de 75 ans est morte samedi à Almeria (Andalousie, sud) portant à 19 le nombre de décès enregistrés dans ce pays à cause de la vague de chaleur qui devrait persister au moins jusqu'à la fin de la semaine prochaine, selon les prévisions météorologiques.

Sur les 19 personnes, âgées pour la plupart et atteintes de graves maladies respiratoires ou cardiaques, qui ont succombé à des coups de chaleur en Espagne depuis début août, 12 sont mortes en Andalousie, selon la protection civile.

L'Institut national de la météorologie (INM) prévoit que les températures continueront de dépasser 40°C dans plusieurs provinces espagnoles la semaine prochaine, avec des pointes jusqu'à 43°C ou 44°C en Andalousie et en Estrémadure à partir de mercredi ou jeudi.

Les eaux de la Méditerranée ont déjà atteint des températures record au large des côtes espagnoles, avec 32°C, soit cinq degrés de plus que les normales saisonnières, selon le centre de météorologie de Catalogne.

En France, où les pompiers multiplient aussi les interventions pour des malaises dus à la chaleur, les services météorologiques s'attendent à voir la vague de chaleur persister au moins jusqu'à la mi-août.

Les organisateurs des Championnats du monde d'athlétisme, qui doit se dérouler à Paris du 23 au 31 août, ont déjà prévu d'installer des jets d'eau sur le parcours du marathon en cas de poursuite de la canicule.

Au Portugal, où les températures caniculaires entraînent aussi une augmentation des hospitalisations pour déshydratation, la plupart des incendies étaient sous contrôle depuis samedi.

En une dizaine de jours, les feux ont fait 15 morts et détruit près de 162 000 hectares de forêts, des dégâts estimés "grossièrement à 925 millions d'euros" vendredi par le ministre de l'Intérieur Antonio Figueiredo Lopes.

Deux mille pompiers et quelque 800 soldats restaient déployés sur le terrain, alors que "trois foyers à maîtriser" étaient recensés samedi matin par le Service national des secours.
En Italie, plus d'une dizaine d'incendies continuaient de sévir samedi en Ligurie (nord-ouest) et en Campanie (sud) à Piano di Sorrente, à 45 km au sud de Naples, où quelque 300 touristes ont été temporairement évacués dans la nuit de vendredi à samedi.

En Croatie, confrontée depuis deux mois à la canicule et, selon des spécialistes, à la pire sécheresse depuis cinquante ans, pompiers et matériel de lutte contre le feu ont été parachutés samedi par hélicoptères pour combattre un incendie qui sévit près d'un parc national, dans une zone montagneuse du centre du pays.

Le feu fait rage depuis vendredi près du parc de Paklenica, dans une zone non déminée depuis la fin de la guerre (1991-1995), compliquant le travail des pompiers, alors que près de 400 incendies ont ravagé depuis début juillet plus de 4 400 hectares en Croatie.

En Slovaquie, le ministère de l'Agriculture a interdit l'accès aux forêts à l'exception des sentiers touristiques jalonnés, pour éviter les incendies.

En Allemagne, où des records absolus de chaleur ont été enregistrés vendredi avec 40,8°C de jour et 26,7°C dans la nuit précédente, l'agriculture souffre de la sécheresse. Les récoltes céréalières devraient baisser en moyenne de 10% à 15 % par rapport à 2002, avec "80 % de pertes" par endroits, selon la Fédération allemande des agriculteurs.

La sécheresse handicape aussi la production d'électricité, faute d'eau pour les refroidir, les centrales nucléaires sont contraintes de suspendre leur activité comme à Obrigheim, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Le manque d'eau gêne aussi fortement la navigation fluviale.

En Roumanie, où le Danube avait atteint en juillet son niveau le plus bas depuis 1953, deux épaves échouées pendant la Deuxième guerre mondiale et réapparues près de Gruia (sud-ouest) à cause des basses eaux, risquent de bloquer la circulation sur le fleuve.

Dans ce pays où la canicule a sévi début juillet, les températures sont plus clémentes depuis une quinzaine de jours, mais la chaleur a favorisé la prolifération d'algues sur les rives de la mer Noire.

Si les Européens du Sud et de l'Ouest souffrent de la chaleur, les vacanciers de Russie occidentale et les résidents de Moscou se plaignent d'un ciel nuageux et de températures en baisse, avec un maximun de 20°C.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous