OMC Le G-20 attend les propositions de l'UE sur les subventions agricoles

AFP

BRASILIA, 10 déc (AFP) - Les pays en développement du G-20 montreront jeudi et vendredi à Brasilia qu'ils restent unis contre les subventions agricoles des pays riches et écouteront les explications du commissaire au Commerce de l'Union Européenne, Pascal Lamy, sur les nouvelles propositions de Bruxelles.

Ces rencontres à niveau ministériel se tiendront avant la réunion du Conseil de l'OMC, lundi prochain à Genève, pour tenter de réactiver le cycle de négociations commerciales multilatérales après l'échec de Cancun.

Cancun a été marquée, en septembre dernier, par un affrontement entre les pays industrialisés et le G-20, dirigé par le Brésil, qui exigent l'ouverture des marchés agricoles avant d'aborder les "thèmes de Singapour" (investissements, concurrence, achats gouvernementaux et facilités de commerce).

Bien que le président du Conseil Général de l'OMC, Carlos Pérez del Castillo, ait déjà écarté la possibilité de débloquer les négociations à Genève, le G-20 veut rappeler au monde qu'il constitue une force incontournable pour atteindre les objectifs de libéralisation du commerce fixés pour 2005 par Doha.

Les pays du G-20 "se sont placés au centre de la conférence de Doha et au centre des négociations agricoles" avec les Etats-Unis et l'Union Européenne (UE), a déclaré mercredi Clodoaldo Hugueney, sous-secrétaire général des affaires d'intégration du ministère des Affaires Etrangères brésilien.

Au cours d'une conférence de presse le diplomate a précisé qu'il s'agissait d'un "groupe consolidé" qui lutte pour la réduction des appuis internes et l'émimination des subventions aux exportations agricoles des pays riches et réclame un traitement différencié pour l'ouverture des marchés agricoles des pays en développement.

Les ministres du G-20 se réuniront jeudi soir et vendredi matin pour recevoir ensuite M.Pascal Lamy et le directeur de l'OMC, M. Supachai Panitchpakdi.

Le G-20 espère que M. Lamy "présentera l'assouplissement ébauché par l'UE dans le domaine agricole pour permettre d'avancer dans les négociations", a dit M. Hugueney.\n Mais l'ambassadeur s'est montré sceptique quant à la portée réelle des propositions de l'UE.

"Il n' y a aucun indice selon lequel l'UE serait disposée à donner à des marchés un accès plus ample et substantiels pour leurs importations agricoles, ni du point de vue des barrières douanières, ni du point de vue des quotas ou des barrières non douanières", a-t-il relevé.

"Le G-20 est prêt à négocier (...) et cherche des accords dans le cadre du du mandat de Doha", mais "nous n'avons pas trouvé de la part des deux grands acteurs du commerce mondial (...) une disposition d'assouplir leurs positions en agriculture", a souligné M. Hugueney.

Le G-20 qui s'est formé comme G-21 a subi divers changements attribués aux pressions des Etats-Unis sur les pays d'Amérique latine.

Actuellement, il compte 19 membres dont 14 se rendront à Brasilia avec leur miinistre des Affaires Etrangères (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili et Paraguay), du Commerce (Cuba, Egypte, Inde, Nigéria, Pakistan, Tanzanie, Venezuela et Zimbabwe) ou de l'Agriculture (Afrique du Sud).

La Chine sera représentée par son vice-ministre de l'Agriculture, les Philippines et le Mexique par des fonctionnanres de second niveau et l'Indonésie par son ambassadeur à Genève. La Thaïlande n'a pas encore précisé le niveau de sa représentation.

Le ministre français du commerce extérieur, François Loos et les responsables des négociations de l'OMC d'Uruguay et de Guyane seront présents à Brasilia à cette date et participeront à un déjeuner avec le G-20.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous