Incendies Le Portugal répond aux critères du Fonds européen de solidarité

AFP

BRUXELLES, 8 août (AFP) - Le montant des dégâts provoqués par les incendies de forêt place d'ores et déjà le Portugal au-dessus du seuil nécessaire pour mobiliser le Fonds européen de solidarité pour les catastrophes, mais Lisbonne pourra aussi bénéficier dans les semaines à venir d'autres aides européennes.

Créé en 2002 après les inondations estivales qui avaient dévasté l'Europe centrale et certaines régions du sud de la France, le Fonds européen de solidarité est mobilisable pour les catastrophes dont le coût dépasse 3 milliards d'euros, soit 0,6% du Produit national brut concerné.

Sur la base des premières estimations du gouvernement portugais, ce pourcentage est déjà dépassé puisque la Commission européenne, dans le cas de Lisbonne, le chiffre à 718 millions d'euros.

De son côté, le ministre portugais de l'Intérieur Antonio Figueiredo Lopes a estimé "grossièrement à 925 millions d'euros" vendredi les dommages consécutifs aux feux qui ont fait 15 morts en une dizaine de jours et détruit près de 162.000 hectares de forêts dans son pays depuis le début de l'année.

En deçà des seuils fixés, le Fonds européen de solidarité peut également être sollicité à titre exceptionnel en faveur d'une région affectée par une catastrophe touchant la majeure partie de sa population, avec des répercussions socio-économiques graves.

Selon Bruxelles, les caisses du fonds renferment encore pour cette année 925 millions d'euros pour les catastrophes d'ampleur nationale et 18,75 millions pour celles à échelle régionale.

Depuis le début 2003, 8,6 millions d'euros ont été alloués à l'Espagne pour couvrir l'impact du naufrage du pétrolier Prestige, à l'origine en novembre dernier d'une marée noire sur les côtes de Galice (nord-ouest).

L'Italie a bénéficié pour sa part de 30,8 millions d'euros à la suite du tremblement de terre d'octobre 2002 en Molise (centre-est) et de 16,8 millions d'euros après une éruption de l'Etna en Sicile.

L'an passé, le fonds avait permis d'allouer dans l'urgence 444 millions d'euros à l'Allemagne, 134 millions à l'Autriche, 129 millions à la République tchèque et 21 millions, à titre régional, au département français du Gard, après les inondations estivales dévastatrices.

L'inconvénient du Fonds européen de solidarité tient aux délais qui prévalent pour sa mobilisation, l'Etat touché par une catastrophe devant fournir une évaluation complète des dégâts à la Commission européenne avant tout déblocage.

En attendant, la Commission s'est dite "prête" cette semaine à avancer ou reprogrammer d'autres sommes déjà budgétées au titre des fonds structurels d'aide aux régions défavorisées. Au sein de l'UE, le Portugal est l'un des principaux bénéficiaires de ces fonds, avec une enveloppe totale de plus de 20 milliards d'euros sur la période 2000-2006.

Bruxelles pourrait également accroître son soutien à des projets de reconstitution de forêts ou de relance de la production agricole des zones dévastées, pour lesquels 40 millions sont prévus sur 3,5 milliards affectés au développement rural du Portugal dans le budget communautaire.

L'UE autorise par ailleurs ses membres à compenser par des aides d'Etat la totalité des dommages matériels directement liés à une catastrophe naturelle. Bruxelles a promis vendredi "une réponse rapide" à tout feu vert que Lisbonne pourrait solliciter en la matière.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous