Larzac 2003 Les bénévoles soumis à rude épreuve jusqu'au bout

AFP

L'HOSPITALET-DU-LARZAC (Aveyron), 10 août (AFP) - Les milliers de bénévoles, qui ont participé à l'organisation du rassemblement altermondialiste Larzac 2003, ont été soumis à rude épreuve pendant trois jours, marqués par une affluence inespérée - plus de 150.000 personnes - et la canicule sur un site quasiment sans un brin d'ombre.

Dimanche, dernier jour du rassemblement, ces volontaires n'avaient toutefois pas droit au repos puisqu'il y avait encore un énorme travail à faire en priorité pour faire la circulation à la sortie des parkings, assurer le service aux buvettes, ramasser et trier les déchets.

"Le rassemblement est clôturé aujourd'hui, mais maintenant il y a une semaine de démontage et de nettoyage en vue", affirme Jean-Emile Sanchez, l'un des porte-parole de la Confédération paysanne.

Les haut-parleurs lancent d'ailleurs régulièrement des appels pour recruter encore parmi la foule des personnes toujours très nombreuses sur le site malgré des départs depuis le milieu de la nuit. "Il y a besoin de centaines de gens au tri, baptisé "tri-marrant", puisque les déchets plastiques, organiques, en papier et en verre sont séparés pour être recyclés", assure Bernard, qui fait partie du noyau dur de l'organisation.

Sous la grande tente blanche accueillant ces bénévoles, la section objets trouvés (des dizaines de portables et de sacs à dos entre autres), "est montée en puissance depuis ce matin surtout à cause des concerts de hier soir (samedi, ndlr)", explique Dimitri Coulon, un parisien de 27 ans, pas pressé de prendre la route "pour se retrouver dans les embouteillages".

Très sollicités, voire débordés à certains moments, les volontaires présents sur les six points santé et le poste médical avancé sont aussi toujours à l'oeuvre, "surtout pour les petits bobos, les coups de soleil, de la fatigue", selon Marie Massenet au poste N°4.

Face à la marée humaine de samedi, "heureusement qu'il y a eu un afflux de volontaires, nous sommes passés de 150 professionnels de santé au début à 500 en plus des 100 membres de la Protection civile", raconte Ginette Marchive, responsable de la commission santé.

Ce médecin n'a pas fermé l'oeil cette nuit en raison des concerts qui se sont poursuivis jusqu'à 07H00 du matin mais se réjouit du bilan : "1.200 demandes de soins en tout, 139 personnes dirigées vers le poste médical avancé et 18 évacuations sans que jamais le pronostic vital n'ait été en jeu".

Cela ne l'empêche pas de pester contre la préfecture qui "n'a livré de l'eau qu'aujourd'hui alors qu'on les avait prévenus en début de semaine de nos difficultés à subvenir à nos besoins". 90% des demandes de soins ont été liées à la canicule et au manque d'eau, selon elle.

"Mais ce bilan n'est pas un miracle du tout", se défend-elle, "d'abord on a ramé comme des bêtes et ensuite c'est le fruit de trois mois de préparation".



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous