Négociations de l'OMC Passe d'armes entre Bruxelles et Genève

Agra Presse

Un projet de libéralisation des échanges présenté le 12 février à Genève par le président du Comité de l'agriculture de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) prévoit, entre autres, l'abolition à terme des aides à l'exportation.

Ce document, très mal accueilli par Bruxelles, sera débattu lors d'une « mini-réunion » ministérielle de l'OMC ce week-end à Tokyo. Penchant plus pour les thèses américaines que pour celles de l'Union européenne, Stuart Harbinson, qui préside les pourparlers agricoles de l'OMC, propose pour l'essentiel de réduire de 40 % à 60 % sur cinq ans la protection aux frontières, de mettre fin aux subventions à l'exportation sur cinq à dix ans et de diminuer de 50 % sur cinq ans les soutiens aux agriculteurs liés à des programmes de limitation de la production - soit l'essentiel des aides directes accordées par Bruxelles. L'offre de la Communauté va nettement moins loin. Selon la Commission européenne, le projet de M. Harbinson a notamment le défaut de s'attaquer de façon « déséquilibrée » aux différentes formes de soutiens à l'exportation. S'il s'en prend aux aides octroyées par l'UE, le président du Comité de l'agriculture de l'OMC se contente de préconiser de simples "disciplines" pour des instruments comme les crédits à l'exportation ou l'aide alimentaire largement utilisés par d'autres pays, comme les Etats-Unis. Dans un communiqué publié le 12 février, les ministres français de l'agriculture et du commerce extérieur jugent inacceptable en l'état la proposition de l'OMC.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous