Météo détraquée dans l'hémisphère sud Toujours pas de pluies en vue en Australie et en Amérique du sud

Frédéric Hénin Terre-net média

La sécheresse qui s’étend dans l’hémisphère sud désoriente les experts de la météo. Pas de El Niño ni de La Niña en cause.


Des dommages irréversibles causés
par la sécheresse.
(© Terre-net Média)
Ni Tlaloc, dieu aztèque de la pluie et de la végétation, ni Chac son confrère Maya, ne répondent aux implorations des fermiers sud- américains.

Les prévisions météorologiques, même les plus fiables, sont démenties jour après jour. Le soja et le maïs souffrent, les récoltes attendues sont revues en baisse. Plus les jours passent, plus les dégâts semblent irréversibles.

   Les cultures en danger

   « Depuis plusieurs semaines des pluies sont attendues et sont censées venir apaiser les craintes mais la déconvenue est souvent forte », écrivaient les consultants d’Agritel dans le dernier focus hebdomadaire du Weather Market de janvier.

Une semaine auparavant, ils mentionnaient déjà que « les principales cultures en danger sont celles de soja et de maïs avec des températures extrêmes qui caracolent au-dessus des 30°C pour atteindre les 35°C certains jours, au plus fort de la journée. La situation actuelle ressemble fortement à un épisode caniculaire mais il pourrait bien se prolonger pendant au moins 15 jours encore, aucune accalmie n'étant prévue ».

Aucune bonne nouvelle non plus d'Australie. Le sous continent est à nouveau fortement touché par le manque de pluies. De nombreux incendies sont à déplorer. Cette année de sécheresse s’ajoute aux précédentes et confirme que l’Australie n’a pas d'autre choix que de changer son modèle agricole.

Ni El Niño ni la Niña en cause selon l'Omm

Ces déficits de pluie constatés de part et d’autre de l’hémisphère sud ne sont pas à mettre sur le compte d’un potentiel d’El Niño ou de La Niña.

« La dernière mise à jour du bulletin de surveillance du phénomène El Niño ou La Niña de l’Organisation météorologique mondiale (Omm) indique que les conditions plus ou moins neutres prévalant actuellement dans les interactions océan-atmosphère au-dessus du Pacifique tropical devraient perdurer au moins jusqu’à la fin de l’année et le début 2009.»

« L’Organisation météorologique mondiale (Omm) continue à surveiller attentivement la situation dans le Pacifique tropical et fournira des mises à jour sur le développement d’anomalies le cas échéant .»

Dans les mois à venir, l’Organisation météorologique mondiale (Omm) s’attachera donc à suivre de près l’évolution de la situation dans la partie tropicale du Pacifique ainsi que les indications données par les modèles de prévision, afin d’y déceler tout indice de changements éventuels au début de l’année 2009. 

Des risques pendant les prochains mois

En l’absence actuelle de conditions caractéristiques d’une anomalie El Niño ou La Niña dans le Pacifique, les utilisateurs ne doivent cependant pas écarter la possibilité de risques liés à des phénomènes climatiques extrêmes pendant les prochains mois.

Pour l'Omm, ils doivent en effet se rappeler que des phénomènes de ce genre se produisent souvent indépendamment d’El Niño ou de La Niña, sous l’effet d’autres systèmes d’envergure régionale. D’où les sécheresses en Australie et en Argentine.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous