Témoignage 1 400 poules mortes d'un coup, le désarroi d'un aviculteur

AFP

LOUVIGNE-DU-DESERT (Ille-et-Vilaine), 8 août (AFP) - "Je suis arrivé dans le poulailler à sept heures du matin pour faire mon tour, j'ai vu qu'il y avait une poule morte, puis une autre... à la fin du décompte, il y en avait 1 400". Jacques Lagrève, aviculteur à Louvigné-du-Désert, a payé un lourd tribut à la canicule.

L'agriculteur abrite 25 000 poules pondeuses sous un hangar long de 66 mètres et large de 12. "Mon bâtiment est très bien ventilé : j'ai huit grosses turbines qui envoient à l'intérieur de l'air de dehors. Mais avec 38°C, ce qui rentre, c'est de l'air chaud !".

Résultat : "mardi, entre 5 et 7 heures du soir, il faisait 39°C dans l'entrepôt. Le lendemain, avec mon employé, j'ai du sortir les cadavres un par un". L'aviculteur a du mal à accepter la disparition de presque 10 % de ses poules. "Pourtant, elles étaient dans des cages aux normes européennes 2012, qui laissent un espace de 550 cm carrés par poule", précise-t-il.

"J'ai appelé l'équarissage, qui devait passer mercredi soir. Jeudi, ils n'étaient toujours pas là. La mairie m'a alors dit que je devais les enterrer moi-même. Un hydrologue est venu me dire où je pouvais creuser. J'ai mis de la chaux vive, les cadavres dessus, encore de la chaux vive, du plastique et enfin de la terre", raconte-t-il.

Au bout du compte, les carcasses sorties mercredi matin ne seront enterrées que jeudi soir, après avoir passées deux jours en plein soleil. "Ca suintait, il y a avait des odeurs, des mouches, c'était pas agréable quand j'ai du finir le travail à la main". "On nous emmerde toute l'année avec les normes sanitaires pour l'équarissage... et là on nous demande de creuser un trou et de les enterrer !", s'énerve l'aviculteur.

Côté financier, Jacques Lagrève estime qu'il perdra entre 5 000 et 7 500 euros. "Il me restait trois mois de production avec ces poules. Je suis assuré, mais je ne suis pas persuadé de toucher quelque chose". Outre les poules mortes, il prévoit une baisse de production d'oeufs "de 10 % sur celles qui me restent, en raison de la chaleur".



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous