Vin "Déconseillé aux femmes enceintes" : un vigneron affiche la couleur

AFP

"Déconseillé aux femmes enceintes" : de son propre chef, un vigneron de l'Hérault a décidé d'apposer cet avertissement sur l'étiquette de ses bouteilles, malgré la désapprobation d'une partie de la profession.

Impressionné par les ravages de l'alcool sur les foetus lors d'une émission télévisée, Gérard Bru, propriétaire du château du Puech-Haut à Saint-Drézéry (Hérault), a ainsi devancé le projet annoncé cet été par le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy.

"Je préfère prendre l'initiative maintenant plutôt que de me faire imposer plus tard un étiquetage trop agressif. Mieux vaut un message d'information que d'interdiction. Et si je peux sauver ne serait-ce qu'un enfant, alors cela n'aura pas été inutile", clame à l'AFP ce vigneron atypique de 56 ans et futur grand-père.

Loin des "esprits de chapelle", cet ancien industriel, reconverti dans la viticulture au terme d'une brillante carrière aux usines Alstom à Montpellier , a lui-même, il y a vingt ans, planté 120 hectares de vignes et construit mas et chais dans ce domaine réputé des Coteaux du Languedoc.

A la tête d'une société familiale, qui produit pas moins de 600.000 bouteilles d'appelation d'origine contrôlée (AOC) et exporte en Europe, au Japon et en Amérique, ce professionnel déterminé affirme qu'il faut "défendre le vin en modernisant son image et non pas en allant brûler quelques palettes devant la préfecture".

"Aux Etats-Unis, la mention pour les femme enceintes est obligatoire sur les bouteilles, et pourtant, le vin n'a jamais été autant à la mode", souligne-t-il encore, suggérant de relancer, lors d'un "heureux événement", la tradition de la bouteille achetée pendant l'année de naissance, à consommer pour les grandes occasions.\n Caviste dans la commune voisine de Castelnau-le-lez, Charlotte Moreau, ancien chef sommelier du prestigieux restaurant montpelliérain "trois étoiles" Le Jardin des Sens, confirme que ses clients ont "très bien pris cette idée".

"Ca ne va pas les empêcher de boire du vin. Ce n'est pas parce qu'il est écrit sur les fours à micro-ondes qu'il ne faut pas y mettre d'animaux que les gens n'en achètent plus", remarque-t-elle, en observant que "tout le monde ne connaît pas forcément les méfaits de l'alcool pour une femme enceinte".

Pourtant, l'initiative a fortement déplu au patron de la puissante fédération des vignerons coopérateurs de l'Hérault. Selon Jean Huillet, c'est même une "sacrée stupidité" qui va "contribuer à l'idée que le vin est un produit dangereux comme le tabac".

"Nos mères ont toujours bu du vin et cela n'a pas fait de nous des dégénérés. Il y a peut-être des femmes enceintes qui fument mais on n'en a rarement vu qui se saoulent", s'exclame-t-il, assurant qu'il suffit de laisser au médecin le soin de prévenir les futures mamans sur les dangers d'une consommation excessive.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également


Contenu pour vous