Sécheresse Les surfaces de maïs en baisse de 130.000 t pour limiter l’irrigation

Agra Presse

Selon le réseau national de données sur l’eau, les «précipitations efficaces», c’est-à-dire l’eau disponible pour l’écoulement et la recharge des nappes, sur la période septembre 2004-février 2005, ne représentent que 0 à 30 % de la moyenne sur 60 ans (1946-2004) dans tout l’ouest de la France allant des Pays-de-Loire à la région Midi-Pyrénées, ainsi qu’au nord de l’Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côtes d’Azur (Paca).

En revanche, pour l’instant, la réserve du sol est partout convenable, excepté en région Paca. Déjà, les Deux-Sèvres, la Vienne et la Charente-Maritime ont pris des arrêtés préfectoraux pour interdire l’irrigation.

Les agriculteurs anticipent le remplacement du maïs par d’autres cultures, surtout le tournesol, mais aussi le pois, l’orge ou le sorgho.

Arvalis a chiffré que le remplacement du maïs devrait engendrer une baisse de 130.000 ha de maïs en 2005, sur une surface totale moyenne de 1,8 million d’hectares. Ces remplacements sont essentiellement localisés en Poitou-Charente.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous