Apiculture Un congrès international sur l'apiculture en septembre à Montpellier

AFP

Quelque 10.000 apiculteurs et chercheurs, inquiets de la mortalité excessive des abeilles, sont attendus à un congrès scientifique international du 15 au 20 septembre à Montpellier (Sud de la France).

L'évènement, organisé par la fédération internationale d'apiculture Apimondia, sera l'occasion de «présenter les principales découvertes de ces deux dernières années», a indiqué à la presse Gérard Arnold, coordinateur scientifique.


Les apiculteurs s'inquiètent pour les colonies
d'abeilles qui depuis dix ans enregistrent des pertes
très importantes.(© Terre-net Média)

Les apiculteurs s'inquiètent pour les colonies d'abeilles qui depuis dix ans enregistrent des pertes très importantes: le taux de mortalité, qui normalement ne doit pas dépasser 5%, «peut monter jusqu'à 40% dans certaines régions du monde, voire plus de 90% ponctuellement», a souligné Gilles Ratia, président du congrès Apimondia 2009. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette mortalité excessive mais l'incertitude demeure sur « la hiérarchie des causes (...) et les synergies qui peuvent s'établir entre elles», a-t-il rappelé.

Il cite notamment les pesticides, maladies, parasites, prédateurs, le changement climatique et l'agriculture intensive. «Des tables rondes seront organisées pour que les différents acteurs débatent de l'intoxication des abeilles par les pesticides et des rapports entre les OGM et les abeilles», a précisé Gérard Arnold. Henri Clément, président de l'Union nationale des apiculteurs français (Unaf), entend profiter du congrès pour renouveler ses appels aux pouvoirs publics: «On a été les premiers à être frappés par la mortalité des abeilles» dans le monde, a-t-il rappelé.

Impliqué dans le combat des apiculteurs contre les pesticides Gaucho et Régent, il demande aussi «un protocole d'homologation plus rigoureux» pour les produits phytosanitaires. Selon l'Unaf, la production française de miel a chuté de 32.000 tonnes en 1995 à 20.000 tonnes en 2005. Et la production de miel est «marginale par rapport à la contribution de la pollinisation à l'agriculture et la biodiversité. Aujourd'hui, le rôle de l'abeille est irremplaçable et il est grand temps que des mesures fortes soient prises», a lancé M. Clément.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous