Larzac 2003 Bové appelle à la bataille contre l'OMC

AFP

L'HOSPITALET-DU-LARZAC, 8 août (AFP) - Quelques jours à peine après sa sortie de prison, José Bové a retrouvé vendredi sur le plateau du Larzac la foule bigarée des altermondialistes en les appelant à s'unir pour combattre l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

A la mi-journée, Larzac 2003 n'a pas officiellement commencé, mais le porte-parole de la Confédération paysanne est sur le site depuis plusieurs heures. Il enchaîne les interviews, vient saluer les bénévoles, serre la main à des amis qu'il n'a pas vu depuis un moment. Toujours souriant, la pipe au bec et ravi par les premiers chiffres sur le nombre des participants.

"C'est invraisemblable, on pensait que les gens arriveraient progressivement, alors qu'ils étaient déjà 15.000 ce matin. Cela dépasse toutes nos prévisions et nos espoirs", a déclaré à l'AFP José Bové.

Au stand retraçant les années de lutte contre l'extension du camp militaire, les jeunes découvrent un pan d'histoire et les plus âgés replongent dans leurs souvenirs.

Incarcéré le 22 juin pour destruction de plans transgéniques, Bové a pu sortir de prison le 2 août au bénéfice d'un "placement à l'extérieur", un aménagement de peine en vertu duquel il doit travailler à mi-temps pour l'Association pour l'aménagement du Larzac (Apal).

Pour lui, ce n'est pas un hasard d'être sur Le Larzac aujourd'hui. "Il y a trente ans, personne ne croyait que 103 familles de paysans pourraient vaincre l'armée, ce qui a été le cas grâce à la solidarité. Avec une telle victoire, ici, on n'a plus du tout envie d'arrêter de se battre et on va continuer à lutter pour un autre monde que celui qui ne repose que sur la politique du fric".

Autour de lui, des dizaines de stands de toutes sortes (l'agriculture bio-dynamique, Attac, les paysans du Burkina-Faso, Action contre la faim, etc.) donnent un aperçu de la diversité de la mouvance altermondialiste.

Un peu plus loin, les champs alentours se couvrent peu à peu de voitures, de camping-cars et de tentes, les bénévoles tentant d'orienter chacun, alors que des bouchons de plusieurs kilomètres pour accéder au site se sont formés depuis ce matin.

Vers 15H00, José Bové se dirige vers la scène "Transgénik" où doit avoir lieu le premier forum sur l'OMC. Il retrouve les autres intervenants sous une tente et les membres chargés de la sécurité - habillés de T-Shirt jaunes - ont du mal à repousser les journalistes qui veulent "faire des images".

Le visage un peu rougi par un soleil de plomb, comme la plupart des 25 à 40.000 personnes sur le site, José Bové monte finalement sur la scène avec ses collègues et retrouve le micro avec aisance.

"Depuis 1995, date de sa création, l'OMC veut imposer sa loi, mais jamais les populations n'ont été consultées sur cette instance dont nous dénonçons le caractère non démocratique", lance-t-il.

"A Seattle, il y a quatre ans, personnes ne croyait que nous pouvions faire échouer le sommet de l'OMC. Au mois de septembre, à Cancun (Mexique, ndlr), si nous nous mobilisons nous pouvons encore le faire".

"Le plus important, c'est cette prise de conscience", insiste-t-il avant de céder la parole à ces collègues tels que Lori Wallach de Public Citizen ou Paul Nicholson de Via Campesina.

Pour José Bové, Larzac 2003 va ressembler à un marathon. Il doit reprendre la parole pour clore ce premier forum, puis samedi matin lors de celui sur l'agriculture, puis le soir entre certains concerts.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous