Farines animales José Bové juge la plainte du Snia «surréaliste»

Agra Presse

José Bové sera jugé aujourd'hui à Paris pour une plainte en diffamation déposée par le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia).

A l'automne 2000, lors de la découverte d'un cas d'ESB à l'abattoir de Villers Bocage, José Bové avait rendu plusieurs entreprises de nutrition animale responsables de la crise qui s'ensuivit, les accusant d'avoir importé illégalement des farines animales de Grande Bretagne.

Le porte parole de la Confédération paysanne trouve la plainte déposée par le Snia «surréaliste» puisque «les propos concernés étaient de moindre portée que ceux tenus par la Commission parlementaire présidée à l'époque par M. Mattéi».

Il fait par ailleurs remarquer que les entreprises qu'il a citées n'ont pas elles même porté plainte. Yves Montécot, président du Snia, n'a pas souhaité s'exprimer avant le procès.

Par ailleurs, José Bové s'est présenté le 29 janvier devant la cour d'appel de Montpellier pour demander la non-révocation de son sursis de 8 mois de prison ferme pour avoir mélangé des graines de Maïs génétiquement modifié de l'entreprise Novartis. Le verdict sera rendu le 26 février.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous