Canicule L'Europe toujours accablée par la chaleur, record historique battu à Londres

AFP

PARIS, 10 août (AFP) - L'Europe entrait dans sa deuxième semaine de canicule alors que le record historique de température jamais enregistré en Grande-Bretagne a été battu dimanche à l'aéroport londonien d'Heathrow à 37,9 degrés Celsius.

"C'est officiel. C'est un jour record dans l'histoire du temps de la Grande-Bretagne", a déclaré un porte-parole du centre de météorologie nationale.

Atteint peu avant 15 h locales (16 h GMT), ce pic de température a ainsi dépassé la barre symbolique des 100 degrés Fahrenheit (qui correspond à 37,8 degrés Celsius). "Et les températures continuent d'augmenter", a souligné le porte-parole.

Jusque-là, les 37,1°C enregistrés à Cheltenham (centre de l'Angleterre) en août 1990 avaient constitué le record historique de température en Grande-Bretagne. Samedi, Londres avait connu son jour le plus chaud depuis 1911 avec 36°C.

La vague de chaleur qui sévit en Europe depuis une semaine a fait 19 morts en Espagne et au moins un en France - une fillette de trois ans morte de déshydratation à bord de la voiture familiale garée près de Boulogne-sur-Mer.

En France, un record historique de chaleur a été battu samedi à Strasbourg-Entzheim (est), avec 38,5°. La chaleur accablante, aggravée par la sécheresse, a également contribué à la propagation d'incendies destructeurs dans le sud du continent, qui ont causé au moins vingt décès - quinze au Portugal et cinq en France.

Le pape a prié dimanche pour les victimes des incendies, au cours de l'Angélus célébré à Castelgandolfo, sa résidence estivale.

"Il s'agit d'une situation d'urgence préoccupante, causée par la sécheresse persistante mais aussi par la responsabilité humaine, qui met en danger le patrimoine environnemental, bien précieux de toute l'humanité", a-t-il souligné.

"Je vous invite à vous unir à ma prière pour les victimes de cette calamité et je vous exhorte tous à prier avec ferveur le Seigneur pour qu'il donne à la terre assoiffée la fraîcheur de la pluie", a conclu le pape.

En France, plus de 700 pompiers luttaient encore dimanche contre un incendie qui a détruit plus de 1 600 hectares de forêt en sept jours, près de Nice (sud-est). D'autres incendies faisaient rage dimanche, notamment en Lozère (sud), près du parc national des Cévennes, ou en Corse, où sont intervenus deux hélicoptère bombardiers d'eau fournis par le ministère russe des Situations d'urgence.

Les autorités portugaises ont quant à elles estimé à au moins 925 millions d'euros (1,05 milliard de dollars) le montant des dégâts causés par les incendies au Portugal depuis fin juillet.

Une vingtaine d'incendies étaient actifs dimanche en Italie, mais les pompiers avaient la situation sous contrôle et plusieurs pyromanes ont été arrêtés.

En Croatie, confrontée à la pire sécheresse depuis 50 ans ans, les pompiers luttaient contre un incendie qui faisait rage dans le parc national de Paklenica (centre).

En Roumanie, six cents hectares de roseaux ont été ravagés par un incendie qui a sévi dans le delta du Danube, avant d'être contrôlé dimanche par les pompiers. Ces derniers ont lutté contre les flammes pendant près de trois jours, à cause notamment du niveau bas des eaux du Danube qui avait rendu pratiquement impossible la circulation dans le delta.

Les dommages économiques dus à la chaleur sont également considérables. Ainsi en Espagne, le manque à gagner pour l'agriculture depuis le mois de juin a-t-il été estimé, dans un rapport publié dimanche, à quelque 800 millions d'euros.

Mais la canicule fait aussi des heureux, comme en Grande-Bretagne où les parieurs qui misaient sur un franchissement du seuil des 100 degrés Fahrenheit dans la journée de dimanche peuvent espérer des gains dont le total pourrait se chiffrer en millions de livres.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous