Cheval La filière va bénéficier d'un train de mesures gouvernementales

AFP

PARIS, 28 juil (AFP) - Trois ministres (agriculture, budget, sports) doivent annoncer mardi au Haras national du Pin, près d'Argentan (Orne), un train de mesures en faveur du développement de la filière cheval française, a-t-on appris lundi auprès des ministères concernés.

Une partie de ces mesures entreront dans le cadre de la future loi rurale, dont le Parlement devrait être saisi à l'automne.

Hervé Gaymard, ministre de l'Agriculture, Alain Lambert, ministre délégué au Budget et Jean-François Lamour, ministre des Sports, ont prévu d'annoncer dans le cadre du Haras du Pin des mesures dans leurs domaines respectifs de compétences. Sont ainsi attendus un catalogue d'orientations gouvernementales en faveur du cheval, des mesures fiscales à destination notamment des organisateurs d'activités de loisirs comme les centres équestres, une convention agriculture-sports et un contrat d'objectifs à l'intention des Haras nationaux.

Le monde du cheval, toutes activités confondues du poney au pur-sang, s'est beaucoup développé avec la démocratisation de l'équitation grâce aux écoles et aux clubs équestres et l'engouement pour les courses à prises de paris.

Philippe Laroze, directeur du Conseil des chevaux de Basse-Normandie et éleveur, demande "la reconnaissance d'une filière économique à part entière" et son intégration pleine et entière dans le monde de l'agriculture, avec les avantages et facilités qui y sont liés.

Pour M. Laroze, il est indispensable que le ministère de l'Agriculture intègre le cheval "dans un raisonnement de développement rural".

Les Conseils des chevaux ont pour mission la recherche de projets consensuels pour le développement du secteur cheval. Ils ont obtenu d'être les interlocuteurs privilégiés des institutions régionales. Seize de ces associations fonctionnent actuellement et trois sont en cours de création.

Dans le même esprit, Emmanuelle Bour, directrice générale des Haras nationaux, souligne que "le cheval est un excellent acteur écologique dans l'occupation des espaces" laissés vacants par l'agriculture. "Il amène une diversification du revenu agricole avec le tourisme de randonnée, de gîtes ruraux et l'élevage", avait-elle déclaré récemment à l'AFP.

Selon des chiffres officiels, les activités liées au cheval génèrent près de 54.000 emplois. La fédération française d'équitation compte 447.000 licenciés tandis que le nombre de centres équestres frise les 5.400. Il existe 1.800 fermes et gîtes équestres.

Le monde des courses représente 27.700 chevaux à l'entraînement, aux mains de 2.800 entraîneurs. Le PMU a réalisé en 2002 un chiffre d'affaires de 6,4 milliards d'euros.

Edifié au XVIIIème siècle, le Haras du Pin, établissement public administratif, abrite 70 étalons de 10 races.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous