Incendies La pluie au secours des pompiers dans le Var, la vigilance demeure

AFP

MARSEILLE, 31 juil (AFP) - La pluie tant attendue dans la Provence asséchée a aidé les pompiers à contrôler jeudi après-midi l'incendie de la Motte mais le mistral a continué de donner du souci à leurs collègues des Bouches-du-Rhône qui ont maîtrisé le foyer de Salon avant de foncer vers d'autres départs de feu.

L'orage de grêle et de pluie s'est abattu jeudi vers 14H45 sur l'incendie de la Motte, entraînant l'arrêt immédiat des rotations de Canadair. Ce foyer a détruit 2.750 hectares de pinèdes et de sous-bois en trois jours au sud de Draguignan où 450 pompiers restaient sur place notamment pour surveiller les éventuelles reprises de feu.

Entre Salon-de-Provence et Lambesc, le feu a également été maîtrisé jeudi après vingt-quatre heures d'un combat acharné qui a fait deux brûlés graves parmi les pompiers et parcouru 500 ha de terrain vallonné entre Durance et ligne de TGV Sud-Est.

Sur ce foyer, les pompiers ont eu à faire face à une vingtaine de reprises dont trois importantes qui ont nécessité l'intervention d'avions bombardiers d'eau et le maintien en place de 300 hommes.

180 de leurs collègues, appuyés par quatre Canadair et deux Tracker, se sont précipités peu après 16H00 près de Rognac, au bord de l'étang de Berre où le feu a embrasé une pinède, dans un secteur truffé de lotissements. Deux autres départs de feu simultanés ont également été neutralisés dans l'agglomération marseillaise aux Baumettes et à la cité de la Savine.

Les consignes gouvernementales de sévérité ont entraîné plusieurs interpellations : un homme de 30 ans, soupçonné d'avoir tenté d'allumer un incendie à Martigues, a été placé en garde à vue mercredi soir et déféré jeudi après-midi au parquet d'Aix-en-Provence; A Callelongue, l'une des calanques de Marseille, un adolescent de 15 ans, soupçonné d'être l'auteur d'un incendie, a été placé en garde à vue jeudi matin, sur signalement des marins-pompiers alertés par son comportement, alors qu'ils intervenaient pour éteindre un feu de 2.500 m2. Un jeune homme muni d'un briquet a également été interpellé à Florensac (Hérault), après un départ de feu.

Au moins six pays européens ont offert leur soutien à la France, par l'intermédiaire d'un système centralisé par la Commission européenne, à commencer par Italie, l'Espagne et la Grèce dont des éléments terrestres ou aériens sont déjà entrés en action. La dernière offre en date venait de l'Allemagne pour trois hélicoptères Puma à la France, qui devaient atterrir jeudi soir à Marignane où sont basés les Canadairs de la Sécurité civile.

Le ministre de l'Intérieur a répondu jeudi aux accusations formulées la veille par la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) dénonçant "l'absence totale d'anticipation et de mise en oeuvre de moyens de prévention" des incendies de forêt par le gouvernement. "Le dispositif de prévention a été mis en place un mois avant la date normale", a assuré Nicolas Sarkozy faisant valoir que "depuis vingt ans, on n'a jamais connu de situation si catastrophique". Et il a promis sans plus de présicion "des réponses positives, dans les jours qui viennent, aux questions des sapeurs-pompiers".

A la table du dernier Conseil des ministres avant les vacances d'été, le président Jacques Chirac a réaffirmé "la sévérité" de l'Etat à l'encontre des auteurs des incendies de forêts, en raison de "la gravité extrême de leurs actes".



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous