Pomme de terre Le CE de Flodor porte plainte pour se faire restituer les machines démontées

AFP

LILLE, 4 sept (AFP) - Le comité d'entreprise (CE) de Flodor à Péronne (Somme) a indiqué jeudi à la direction du site qu'il portait plainte afin d'obtenir la restitution des machines démontées en catimini pendant les congés imposés aux salariés de l'usine fin août, a-t-on appris de source syndicale.

Le fabricant de chips Flodor (groupe Unichips) réunissait jeudi un comité d'entreprise extraordinaire et le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHST).

"La direction n'a pas répondu précisément à nos questions. On reste avec les mêmes problèmes", a déclaré à l'AFP le secrétaire au comité d'entreprise Angelo Ondicana, qui a ajouté que les représentants du personnel avaient "du mal à comprendre la direction".

Flodor (200 salariés) a en effet annoncé au cours du CE extraordinaire qu'il souhaitait faire redémarrer une troisième chaîne de production avec la friteuse de l'une des deux chaînes en partie démontées, et les machines de conditionnement de l'autre.

"On n'a jamais pu avoir confiance en eux. Moi, ça me semble bizarre", a affirmé M. Ondicana. "On va fonctionner au jour le jour. Un mois, six mois, un an, ce sera déjà ça de gagné", a-t-il poursuivi.

Le CE et le CHST vont se constituer partie civile dans l'information judiciaire ouverte pour le délit d'entrave, a précisé le secrétaire au CE.

Le directeur italien du site Vilmo Maderi a été mis en examen le 22 août pour ce délit et pour "obstacle aux fonctions d'inspecteur du travail". Reparti en Italie le 25 août, il n'était pas présent lors des réunions de jeudi, selon M. Ondicana.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous