Incendies de forêts Le Var à nouveau endeuillé et meurtri par le feu

AFP

SAINTE-MAXIME (Var), 29 juil (AFP) - Le Var se relevait douloureusement mardi d'un second gigantesque incendie en deux semaines qui a fait quatre morts selon la préfecture, provoqué des milliers d'évacuations de nuit et laissé derrière lui un paysage de ruine et de désolation au coeur de la saison estivale.

Quelque 6.700 hectares ont brûlé: 6.000 dans le secteur de Sainte-Maxime et 700 à La Motte, au sud de Draguignan, selon un dernier bilan officiel effectué après un survol de la région qui a permis de retrouver des poches intactes au sein des 8.000 hectares parcourus.

Le feu était "fixé" à Sainte-Maxime, mais avait repris de plus belle dans l'après-midi à La Motte où les Canadair ont intensifié leurs rotations.

L'ampleur des sinistres a soulevé l'indignation générale et conduit le président Jacques Chirac à préconiser depuis Papeete "des sanctions d'une extraordinaire gravité" à l'encontre des éventuels pyromanes, tandis que le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy promettait sur place que "les coupables seraient recherchés avec une extrême rigueur". Les maires de Fréjus et de Sainte-Maxime se sont dit convaincus de l'origine criminelle des feux.

Le ministre de la Justice Dominique Perben a annoncé avoir demandé aux procureurs de faire effectuer des contrôles d'identité systématiques dans les zones à risque afin de prévenir les incendies de forêts. "J'espère que cela aura un effet préventif et permettra d'empêcher les déséquilibrés de mettre le feu", a affirmé le ministre devant la presse. En milieu d'après-midi, près de 1.200 sapeurs-pompiers restaient sur le terrain assistés des moyens aériens.

Les pompiers espéraient pouvoir dégager dans la soirée une partie des hommes exténués opérant à Sainte-Maxime. En revanche, la situation ne s'améliorait pas à La Motte où ils avaient commencé à traiter les lisières pour cerner le feu lorsque celui-ci a repris, sous l'effet du vent qui s'est remis à souffler après une accalmie.

Dans la nuit, "le pire avait été évité de justesse, à Sainte-Maxime, face à des flammes qui ont encerclé la ville à vive allure, laissant des pompiers totalement débordés et une population affolée", a raconté un sauveteur. Cette station balnéaire, située sur la rive nord du somptueux golfe de Saint-Tropez, a été parcourue aux trois quarts par les flammes. C'est là qu'une Néerlandaise a péri brûlée vive.

Quelques heures auparavant, une adolescente de 15 ans et sa grand-mère, toutes deux Britanniques, avaient été retrouvées carbonisées, piégées dans la forêt par la vitesse des flammes, à la Garde-Freinet, au centre du massif des Maures.

La quatrième victime est un Polonais de 72 ans, dont la mort a été confirmée mardi, mais dont le cadavre avait été retrouvé lundi au lieu-dit le Langastois, sur la commune de Vidauban.

Quelque 6.000 vacanciers et résidents ont dû être évacués sur l'ensemble du Var, notamment à Fréjus, où deux campings ont été détruits. Mardi matin, la plupart d'entre eux ont cependant pu regagner leurs habitations.

Au total, quelque soixante maisons ont été détruites ou léchées par les flammes dans le massif des Maures. Ainsi, à Plan de la Tour, les pompiers ont découvert la propriété de l'actrice Vanessa Paradis intacte alors que toutes les plantations avaient grillé.

Vu du ciel, le Var est défiguré par une large balafre brunâtre qui barre le massif des Maures, dans ce département parmi les plus touristiques de France qui paie cet été le plus lourd tribut d'une sécheresse exceptionnelle.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous