Grandes surfaces Les agriculteurs menacent de se mobiliser à nouveau contre la distribution

AFP

Un an après leur mobilisation générale contre les grandes surfaces, les Jeunes agriculteurs leur ont lancé jeudi 20 novembre 2003 un ultimatum à "90 jours fin de mois" pour qu'elles respectent leurs engagements en matière de pratiques abusives et de transparence sur les marges.

"Ou bien la grande distribution respecte les accords qui ont été signés il y a un an, ou bien nous serons capables de faire la même démonstration de force qu'en novembre 2002", a déclaré à l'AFP Jérôme Despey, président des Jeunes Agriculteurs. "Il faudra s'attendre à de nouvelles actions", a-t-il prévenu.
En novembre 2002, quelques 30 000 agriculteurs s'étaient mobilisés et avaient bloqué deux jours 77 plates-formes d'approvisionnement alimentaires de grandes surfaces. Le conflit s'était vite résolu après que les agriculteurs eurent obtenu un engagement de principe des distributeurs de sanctionner les pratiques commerciales abusives. Si les ministres de l'Agriculture et du Commerce ont pris à cette occasion des engagements "qu'ils ont tenus dans la durée", il n'en va pas de même pour les enseignes de la distribution qui "n'ont pas respecté la convention qu'elles avaient signée", relèvent les Jeunes Agriculteurs dans un communiqué.
"Force est de constater qu'elle (la grande distribution) souhaite un rapport de force, et le rapport de force, nous allons le mener", a prévenu M. Despey. "L'an dernier, nous avons pris la responsabilité de lever les barrages sur des engagements qui ont été pris avec la grande distribution. Ces engagements n'ont pas été respectés", a-t-il insisté donnant aux grandes surfaces "90 jours à fin de mois pour qu'il y ait une remise en ordre". Selon le président du syndicat agricole, des "réunions au niveau local se sont tenues avec les enseignes de la distribution pour aller sur de bonnes pratiques (problèmes de ristournes, de marges arrière, de référencement...)".
"Le jeu a été joué pendant deux à trois mois, puis avec le temps, les problèmes sont de nouveau revenus. Certains engagements ont été mis "aux oubliettes", la transparence n'est pas au rendez-vous et que l'on constate "des dérives", a expliqué M. Despey qui se voit "contraint de faire un rappel à l'ordre".



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous