France Les citadins à la campagne renversent la tendance de l'exode rural

AFP

PARIS, 4 sept (AFP) - Les citadins sont de plus en plus nombreux à découvrir les charmes de la vie à la campagne en France où ils s'installent définitivement au point de renverser la tendance à l'hémorragie démographique des régions agricoles, selon un rapport officiel.

Depuis vingt ans, entre deux et trois millions de citadins sur quelque 60 millions de Français ont quitté leurs villes tout en y conservant pour la majorité leurs emplois grâce aux développements des transports et des télécommunications, selon l'institut français de statistiques (INSEE).

Mais si le monde rural n'a plus rien du lieu d'exode qu'il était jusque dans les années 60, l'agriculture ne cesse de reculer et les situations économiques et sociales les plus disparates sont observées dans les campagnes.

Des zones entières avancent vers la désertification tandis que d'autres sont en plein développement grâce aux activités tertiaires engendrées par l'arrivée des citadins, selon le rapport de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (Datar) publié cette semaine.

Un Français sur quatre vit aujourd'hui à la campagne et un sur cinq y travaille. Le profil type de ces "néo-ruraux" que l'on appelle aussi "rurbains", est celui d'un actif âgé entre 30 et 50 ans, vivant en famille et aux revenus plutôt élevés, se sentant urbain mais à la recherche d'espaces verts et d'air non pollué.

Cette arrivée en masse des citadins à la campagne, habitués à des standards de vie élevés, n'est pas sans créer des problèmes avec les ruraux dont ils ne partagent souvent ni les valeurs ni les niveaux de vie.

Selon un sondage Ipsos réalisé au début de 2003, 63% des maires craignent les demandes excessives en matière d'équipements et de services formulées par ces nouveaux résidents.

Le quotidien Le Figaro a publié jeudi le témoignage d'une Française, diplômée en ingénierie agricole et mère de trois enfants qui avait décidé de changer de vie et de s'installer à la campagne et d'y travailler.

Huit ans après, elle travaille toujours dans une grande ville voisine de son village d'élection car elle n'a pu démarrer une activité d'agrotourisme, en butte aux tracasseries administratives et à l'hostilité de ses voisins au point de regretter l'anonymat et l'indifférence de la grande ville.

Mais, pour les experts de la Datar, si les nouveaux arrivants apportent du dynamisme dans les "nouvelles campagnes", ils menacent aussi l'environnnement par "les constructions anarchiques" et "les dégradations paysagères" qu'ils engendrent.

Pour réconcilier les intérêts des néo-ruraux et des ruraux et réduire les très fortes inégalités, le gouvernement a présenté mercredi un projet de loi en faveur du développement des territoires ruraux.

Des mesures seront prises pour préserver les espaces agricoles et y maintenir l'activité agricole et développer internet et l'activité économique. D'ici 4 ans, le gouvernement vise notamment une couverture de 99% de la population en téléphonie mobile.

Le principal syndicat d'agriculteurs, la FNSEA (proche du gouvernement de droite), a approuvé ce projet tout en regrettant que dans son texte ne figure "aucun chiffre concernant son budget".



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous