Sécheresse Plusieurs mds d'euros de manque à gagner, l'Etat aidera les paysans

AFP

PARIS, 22 août (AFP) - A quelques heures d'une Conférence agricole vendredi à Matignon consacrée aux conséquences de la sécheresse, le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a estimé à plusieurs milliards d'euros le manque à gagner pour la profession et indiqué que l'Etat prendrait des mesures pour soulager la trésorerie des exploitants.

"La solidarité nationale doit jouer", a déclaré vendredi matin sur Europe 1 le ministre qui a d'ores et déjà assuré que le gouvernement entendait "soulager" la trésorerie des agriculteurs en difficulté. Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin reçoit à 15h00 le Conseil de l'Agriculture française (CAF), composé de la FNSEA, des Jeunes Agriculteurs, des Chambres d'agriculture et de la Confédération de la Mutualité, de la Coopération et du Crédit Agricole. A l'issue de cette réunion, M. Gaymard tiendra un point de presse.

Tout en concédant qu'il n'était "pas en mesure aujourd'hui de donner un chiffre précis des dommages économiques", M. Gaymard a évalué à "plusieurs milliards d'euros -entre 1 et 4 mds- le manque à gagner pour les agriculteurs lié notamment à la sécherese. "Tous les secteurs sont touchés. C'est vraiment une sécheresse qui affecte toutes les régions françaises et toutes les filières et il faut faire du cousu main pour apporter des réponses à chacune de ces filières", a expliqué M. Gaymard.

Gel, canicule, sécheresse... "2003 sera une année noire", soulignait mercredi à l'AFP Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA. Les pertes en termes de chiffre d'affaires se montent à quelque 4 mds EUR, a-t-il dit dans un entretien à La Tribune vendredi. Et ce montant n'est selon lui pas définitif, "chaque jour qui passe sans pluie alourdissant la note". Pour aider ce secteur "totalement sinistré et l'aider à passer le cap", les agriculteurs attendent un signe fort de l'Etat", souligne M. Lemétayer qui réclame "une année blanche", à savoir un report des charges sociales et financières pour les agriculteurs. M. Gaymard a déjà indiqué qu'il n'était pas certain que cette requête soit "techniquement possible, en raison des contraintes bruxelloises". Il a assuré que le gouvernement trouverait d'une façon ou d'une autre le moyen de "soulager la trésorerie" des agriculteurs frappés par la sécheresse.

"Ce que je souhaite, c'est que l'on apporte les bonnes réponses qui permettent de répondre aux problèmes de trésorerie des agriculteurs et nous y arriverons", a déclaré M. Gaymard.

Le renflouement du Fonds national de garantie des calamités agricoles, oublié du budget de l'Etat depuis des années, est également l'une des mesures les plus attendues par les organisations agricoles lors de leur rencontre avec M. Raffarin. M. Gaymard a assuré vendredi que ce Fonds, qui ne dispose actuellement que de 120 millions d'euros, "sera évidemment abondé. Le Premier ministre dira cet après-midi à quelle hauteur", a-t-il affirmé.

D'ores et déjà, les autres organisations agricoles ont exprimé leur vif mécontentement de n'avoir pas été conviées. "Nous sommes très surpris, abasourdis de cette décision de réunir uniquement le CAF", a déclaré à l'AFP Nicolas Duntze, porte-parole de la Confédération Paysanne. Il aurait souhaité que "tout le monde soit autour de la table pour pouvoir gérer" cette situation.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous