Usine Total de la Mède 50 sénateurs amers écrivent à Nicolas Hulot pour déplorer son autorisation

Terre-net Média

Une cinquantaine de députés ont adressé une lettre ouverte, jeudi 7 juin, au ministre de la transition écologique et solidaire pour critiquer fortement sa décision d’autoriser Total à importer 300 000 t d’huile de palme pour faire tourner son usine de la Mède.

« Monsieur le ministre d’État, nous avons l’honneur de vous faire part de notre plus grand étonnement en apprenant l’autorisation que vous avez accordée au Groupe Total pour exploiter 300 000 tonnes d’huile de palme importée pour produire des biocarburants dans son usine de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône. Cette décision nous apparaît en effet fort éloignée de vos engagements et de l’ambition environnementale qui forgeait votre personnalité politique », écrivent-ils.

« Vous vous étiez engagé à déployer un plan ambitieux de protection de la biodiversité. Sujet majeur dont "tout le monde se fiche", disiez-vous, vous vouliez même "sonner le tocsin et lancer un cri de mobilisation générale". Vous restiez en cela fidèle à votre Plan Climat qui entendait faire de la lutte contre la déforestation importée le cheval de bataille de votre action au gouvernement. Et nous voici confrontés à l’affaire de La Mède qui nous laisse, à nous parlementaires, un goût amer de défaite avant que la bataille ne soit livrée. Nous vivons ce feu vert accordé à Total comme un renoncement vis-à-vis de nos impératifs écologiques, et une contradiction avec un modèle agricole pour lequel est exigé proximité, qualité et durabilité. »

« Cette autorisation soulève à juste titre les inquiétudes de notre monde agricole. Alors que les filières colza et tournesol sont en capacité de produire la matière première nécessaire à cette usine, vous avez choisi de privilégier une huile de palme dont la compétitivité est définitivement hors de portée. Quelle absurdité que d’aller chercher très loin une matière première disponible en France produite dans nos campagnes ! »

« Où est donc passée la stratégie de souveraineté sur les protéines ? »

« L’agriculture française est en capacité de produire dès maintenant 200 000 tonnes d’huile de colza pour approvisionner la Mède… Cette proposition, récemment formulée auprès du Premier ministre, est aujourd’hui sans réponse ! En réduisant comme peau de chagrin ses débouchés en huiles, c’est également les coproduits de ces filières que l’on atteint : les tourteaux, qui apportent des protéines végétales aux élevages. Où est donc passée la "stratégie de souveraineté sur les protéines" prônée par le président de la République lors de ses vœux à l’agriculture ? »

Considérant La Mède comme « une défaite », les sénateurs signataires s’interrogent sur « les motivations sous-jacentes à son autorisation, tant la pression diplomatico-commerciale de certains pays semble avoir joué un rôle crucial. »

« Vous qui regrettez une décision prise "sans aucune gaieté de cœur", ressaisissez-vous. Nous serons derrière vous. »

À partir de dimanche 10 juin dans la nuit, les agriculteurs de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs demanderont, eux-aussi, au gouvernement de « se ressaisir », en bloquant pour une durée indéterminée 13 raffineries et dépôts de carburant.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous