En direct du congrès de Jeunes Agriculteurs Bruno Le Maire porte la parole de Nicolas Sarkozy

Terre-net Média

Devant les jeunes agriculteurs en congrès à Rodez, Bruno Le Maire a confirmé les mesures annoncées par le président de la République quelques heures plus tôt en Charente : 200 millions d’euros abonderont le fonds national des calamités agricoles, les échéances de prêts, contractés par les éleveurs au titre du plan de soutien exceptionnel à l’agriculture, reportées d’un an et l’exonération de la taxe sur le foncier non bâti pour les agriculteurs des zones reconnues en calamité.


Bruno Le Maire au congrès de Jeunes Agriculteurs à Rodez
(© Terre-net Média)

Sifflé à son entrée dans l’amphithéatre de Rodez, où se tenait depuis mardi 7 juin le 45e congrès de Jeunes Agriculteurs, puis pendant son discours de clôture, Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, est resté d'aplomb face aux huées des congressistes. Après leur avoir assuré sa « mobilisation totale face aux situations d’urgence climatique et sanitaire »,  il a présenté aux congressistes, ce 9 juin, les mesures annoncées en Charente par le président de la République, en déplacement quelques heures auparavant (cf article).

Le ministre de l'Agriculture a d’abord annoncé le déblocage de 200 millions d’euros (M€)  qui viendront abonder le fonds national des calamités agricoles (Fnca).  Avec un peu moins de 100 M€ déjà disponibles dans ce Fnca, ce dernier bénéficiera ainsi d’une enveloppe de près de 300 M€. Une enveloppe qui « permettra les premières indemnisations en septembre » après évaluation des pertes en juillet-août.

Autre mesure : les éleveurs qui ont contracté un prêt au titre du plan de soutien exceptionnel à l’agriculture bénéficieront d’un report d’un an du paiement des échéances.

Enfin, les agriculteurs des zones reconnues en calamité bénéficieront d’une exonération de la taxe sur le foncier non bâti pour cette année 2011.

Ces trois mesures viennent s’ajouter à celles déjà faites à l’issue de la réunion sécheresse à Paris fin mai dernier.

Un accompagnement sur mesure par le CM 

Le Crédit Mutuel « invite ses sociétaires à se rapprocher de leur chargé de clientèle pour évaluer ensemble l’impact de la sécheresse sur leur exploitation et étudier la solution financière la plus adaptée à leur situation personnelle ».
« Toutes les caisses de Crédit Mutuel sont en mesure d’étudier et de répondre aux demandes par des solutions étudiées au cas par cas, notamment l’aménagement des encours existants (modulation ou report d’échéances). Cela peut éviter l’augmentation systématique de l‘endettement. »
« Les caisses de Crédit Mutuel proposent également des prêts « fourrages et pailles » à conditions préférentielles destinés à financer un besoin de trésorerie ponctuel provoqué par cette situation exceptionnelle. »
« L’enjeu est d’assurer la pérennité de l’activité et éviter une réduction du cheptel reproducteur. »

Parmi ces mesures, le Crédit agricole s’est engagé à débloquer 700 millions d’euros de prêts aux éleveurs en difficulté, à des taux préférentiels (1,5 % pour les jeunes agriculteurs). La Msa a accepté le report d’appels à cotisation du mois de juin pour tous les éleveurs, représentant une enveloppe de 80 millions d’euros.

Outre les mesures nationales, le ministre de l’Agriculture a rappelé avoir obtenu de l’Union européenne « le versement anticipé de 50 % des Dpu, de 80 % de la Pmtva et de 50 % des aides aux ovins et caprins ». Ces aides seront versées avec 8 semaines d’avance, soit dès la mi-octobre.

Création d’un plan « eau » sur 5 ans

Outre des mesures conjoncturelles, Bruno Le Maire entend prévenir les prochaines sécheresses par une politique de stockage de l’eau. Ce matin en Charente, Nicolas Sarkozy a annoncé dans ce sens « la mise en œuvre d’un plan de création ou de rétablissement d’ouvrages de gestion de l’eau sur 5 ans ».

Le gouvernement entend également «adapter les cultures pour les rendre plus économes en eau, avec l’intention d’étendre les mesures agro-environnementales destinées à encourager ce type de cultures pour couvrir 14.000 ha. » Enfin, le ministre de l’Agriculture a affirmé qu’il ferait en sorte de faire modifier la législation sur les retenues d’eau et les retenues collinaires.

Retrouvez toutes les prévisions météo de vos parcelles sur l'Observatoire météo.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous