Présidentielle 2017 Comment se positionnent les syndicats agricoles ?

Terre-net Média

Les cinq syndicats agricoles – Jeunes agriculteurs, FNSEA, Confédération paysanne, Coordination rurale et Modef, se sont plus ou moins exprimés depuis les résultats du premier tour de la Présidentielle. Ils se montrent tous hostiles à la proposition phare de Marine Le Pen d’une renationalisation de la Pac.

De manière plus ou moins engagée, les syndicats agricoles se sont exprimés à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle.

Jeudi 27 avril, Christiane Lambert a rappelé à nos confrères de Ouest France, l’attachement de son syndicat à l’Europe. Il faut, selon elle, « rester au sein d’une Union européenne qui apporte beaucoup à l’agriculture, tout comme celle-ci apporte à l’Europe ». Mercredi 3 mai, à quelques heures du débat télévisé opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron, la FNSEA a réaffirmé cet attachement. « L'Europe, c'est une politique agricole forte qui façonne une agriculture française, faite de circuits courts et de circuits longs, de bio et de conventionnel, de traçabilité et de sécurité alimentaire, pour satisfaire les 500 millions de consommateurs et exporter vers d'autres horizons (…). » Si la position ne constitue pas un appel explicite à voter pour Emmanuel Macron, il s’agit d’une revendication défiant le positionnement de Marine Le Pen.

Chez Jeunes agriculteurs, Jérémy Decerle était, le 21 avril dernier, sur le même registre implicite. « L’agriculture française s’est reconstruite justement grâce à l’Europe après la guerre et (qu’)elle aura encore besoin de l’Europe, avec plus d’harmonisation entre les Etats membres et de stratégie commune, pour se reconstruire demain. (…) Allez voter, et pas sous le coup d’une colère qui serait suivie d’une terrible sanction pour notre pays comme pour nous-mêmes (…).

La Confédération paysanne et le Modef appellent à faire barrage au FN

Tout comme ceux de JA, les représentants de la Coordination rurale ne se sont pas exprimés depuis le premier tour. Mais dans une lettre adressée au futur locataire de l’Elysée, Joris Miachon, responsable de la section jeunes du syndicat, revendique « une Pac efficace ». De son côté, Bernard Lannes, le président de la CR, a toujours revendiqué être un « européen convaincu ». Là encore, le syndicat s’affiche en opposition avec les promesses phares de la candidate frontiste.

La Confédération paysanne est bien plus tranchée. Sans toutefois appeler explicitement à voter pour Emmanuel Macron, le syndicat considère le Front national « comme son ennemi » et appelle donc à faire barrage au parti.

Encore plus explicite, le Modef « appelle à faire barrage au Front National au second tour tout en prévenant qu’un vote Macron ne signifierait pas notre adhésion à son programme ultra-libéral. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous