Prévisions de revenus 2014 Des chiffres « accablants » pour la Coordination rurale

Terre-net Média

Pour la Coordination rurale, les prévisions de revenus pour 2014 « doivent retentir comme une sirène aux oreilles du gouvernement français et de Phil Hogan ». Le syndicat estime que le ministre de l’Agriculture a sacrifié les céréaliers.

« Les chiffres communiqués cet après-midi par la commission des comptes de l’Agriculture de la Nation sont accablants », explique la Coordination rurale. « Les revenus 2013 des agriculteurs sont en chute libre et certaines productions, comme les céréales ou l’arboriculture, s’enfoncent encore dans la crise en 2014. »

Outre les prévisions de revenus pour 2014, le syndicat relève aussi la baisse des chiffres 2013 par rapport à ce qui avait été annoncé en juin dernier. « Le résultat courant avant impôts moyen par actif non salarié en 2013 chute de 30 % par rapport à 2012, en s’établissant à 25.500 €, soit un niveau plus bas que celui annoncé en juin dernier. (28 000 €). En 2013, ce sont 17 % des exploitations qui sont déficitaires. La chute la plus impressionnante est celle des exploitations céréalières avec un revenu trois fois moindre qu’en 2012 : 18.600 € ! Mais les revenus des exploitations porcines, avicoles et bovins viande sont également en forte baisse. »

« 2014 s'annonce plus terrible encore ! »

« Comme attendu, les céréaliers, sacrifiés par le ministre de l’Agriculture, voient leurs revenus laminés en trois ans et sont maintenant la lanterne rouge (11.500 € de Rcai en 2014). Et malgré les promesses de Stéphane Le Foll, cette chute ne bénéficie ni aux autres catégories de producteurs, ni aux consommateurs.

Le revenu des céréaliers est de 59 % inférieur à celui de la période 2000-2013. Et ce n’est pas en 2015 que les choses vont s’arranger : les cours sont médiocres et les paiements Pac sont fortement revus à la baisse.

Revenus agricoles 2014  (©Terre-net Média) Retrouvez tous les chiffres sur les revenus agricoles 2014 et leur évolution depuis 10 ans en cliquant sur le graphique.

Les producteurs de fruits et légumes sont aussi durement touchés. Prix en baisse, consommation atone, embargo russe, importations massives… Les arboriculteurs voient leur revenu 2014 s’effondrer à 13 400 €, soit une baisse de 43 % par rapport à la période 2000-2013.

Pour le lait, la catastrophe consécutive à la fin de la régulation est annoncée pour 2015.

Quant aux producteurs de viande bovine rien ne leur permet d'envisager l'embellie.

Ces chiffres doivent retentir comme une sirène aux oreilles du gouvernement français et de Phil Hogan qui ne peuvent pas rester sur leur autosatisfaction des mesures qu'ils ont prises ces dernières années. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous