Union européenne Des revenus agricoles en hausse en 2014 et 2015 selon la Commission

CLG Terre-net Média

Les revenus du secteur agricole de l’UE ont augmenté en 2014 et 2015, d’après le dernier rapport général sur l’économie agricole de la Commission européenne. Bien qu’inégale, cette croissance a annulé le recul observé en 2013.

Une croissance particulièrement forte des revenus a été observée en 2014 et 2015 dans les secteurs de l’horticulture, du vin et dans les cultures permanentes, principalement pour les arbres fruitiers et à baies, les arbustes, les vignes et les oliviers. Toutefois, cette tendance n’est pas uniforme puisque le secteur des produits laitiers a enregistré une baisse de revenus au cours de ces deux années, liée à une surproduction mondiale et une baisse des prix subséquente.

Par ailleurs, le rapport souligne la grande variété de structures et de systèmes agricoles au sein de l'UE. Il dresse aussi le bilan des différences observables entre les secteurs et les États membres. Notamment, la valeur agricole moyenne entre les différents pays de l’Union européenne a tendance à particulièrement varier. D’un montant de 2,4 M€ au Danemark et aux Pays-Bas, cette moyenne approche 100 000 € dans les exploitations bulgares et roumaines, moins appréciées. La qualité des terres agricoles dans les différents pays et la nature à plus forte intensité de capital des secteurs agricoles de certains États membres jouent sur ce paramètre. « Malgré cela, il y a eu certaines évolutions positives pour les agriculteurs bulgares, où la valeur des actifs a doublé entre 2007 et 2015 ».

En outre, le nombre moyen de travailleurs employés par ferme varie également notablement. Tandis qu’un équivalent de 12,4 employés à temps plein peut être observé en Slovaquie, il est seulement de 1,1 en Grèce. « Cependant, la plupart des travaux dans les exploitations agricoles de l'UE sont toujours effectués par des relations familiales, environ 77 % du travail total étant effectué par des membres de la famille. Cette tendance générale de la main-d'œuvre familiale dans les exploitations agricoles n'est brisée que par la Slovaquie, la République tchèque, la Hongrie, l'Estonie et le Danemark. »

Enfin, le rapport conclut quant à l’importance des paiements directs effectués au titre de la Pac. « Constituant toujours un soutien important aux agriculteurs européens, ils représentaient en moyenne 30 % de la valeur de l’exploitation dans les 28 pays de l’UE en 2015. Il s'agit donc d'un soutien vital au revenu de millions d’agriculteurs. » Bien que cette proportion ait peu évoluée en 2014 et 2015, les différences persistent entre les secteurs, avec le versement d’une aide plus importante pour les pâturages, cultures mixtes et grandes cultures par rapport au secteur vitivinicole ou horticole.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous