; Déplacement agricole et rural d'E. Macron dans la Creuse

Visite présidentielle Emmanuel Macron en déplacement agricole et rural dans la Creuse aujourd’hui

Terre-net Média

Le chef de l’État se rend aujourd’hui dans la Creuse et commence sa visite dans un lycée agricole, avant de poursuivre une journée sur le thème de l’attractivité de la ruralité. Accompagné de plusieurs ministres, dont Julien Denormandie, il doit évoquer les problématiques liées à la jeunesse, à la démographie médicale, aux services de proximité, mais également à l’agriculture, avec un rappel sur l’importance de l’application de la loi Égalim 2.

Le président de la République se rend aujourd’hui dans la Creuse, non pas en campagne présidentielle mais « dans la continuité des déplacements ruraux » de son quinquennat, a bien précisé l’Élysée en amont de ce déplacement. Il s’agit avant tout, pour Emmanuel Macron, de faire un point sur les mesures mises en place pour le développement des territoires ruraux, comme l’Agenda rural, certaines mesures du plan France relance ou encore le déploiement de France services.

Accompagné des ministres de la cohésion des territoires, de la santé, de la transformation et de la fonction publiques, de l’agriculture, du secrétaire d'État chargé de la ruralité, le chef de l’État commencera sa visite au lycée agricole d’Ahun, sur le thème de la jeunesse et de l’emploi en milieu rural.

Faire respecter Égalim 2

Le déplacement devrait également être l’occasion de rappeler l’importance de la loi Égalim 2 et des effets délétères de la guerre des prix que se livrent les enseignes de la grande distribution, un sujet que Julien Denormandie a évoqué à plusieurs reprises la semaine passée, à l'Assemblée nationale ou au cours d’un déplacement dans l’Aube le 21 janvier, aux côtés du député Grégory Besson-Moreau, initiateur de la loi Égalim 2.

Comme l’ont souligné à plusieurs reprises des organisations de l’amont, certains acteurs continuent à engager les négociations commerciales avec des demandes de déflation, malgré le contexte de flambée des cours des matières premières agricoles. La DGCCRF devrait multiplier par quatre les contrôles, rappelle l’Élysée, qui précise également qu’une organisation est mise en place pour accompagner les producteurs dans la contractualisation, à l’échelle de tous les départements.

La suite de ce déplacement, qui se poursuit le lendemain dans la Haute-Vienne, doit porter sur le réseau France services, et sur la désertification médicale. Si la problématique de la désertification vétérinaire ne sera peut-être pas évoquée en tant que telle, « une réflexion est lancée pour accroitre le nombre de vétérinaires diplômés chaque année » en France, puisqu’aujourd’hui, seulement la moitié des besoins en vétérinaires de l’Hexagone sont couverts par les diplômés, a indiqué l’Élysée.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média