Présidentielle 2012 Face à l’absence de l’Agriculture dans le débat, les syndicats tentent de faire passer leurs messages

Terre-net Média

Lors du grand débat télévisé du mercredi 2 mai 2012, aucun des deux finalistes à la course à l’Elysée, n’a évoqué l’Agriculture. Désemparés, plusieurs syndicats agricoles ont tenté, à leur manière, de rappeler l’importance des enjeux agricoles pour la société française, à quelques jours du choix final, dimanche 6 mai.

xc
Jean-Michel Schaeffer, le président de JA profitera
du congrès de son syndicat, début juin 2012,
pour rappeler au président de la République,
s'il "l'honore de sa présence",
de l'importance des enjeux agricoles pour
la société française.(© JA Mag)

Le traditionnel duel télévisé qui a opposé les deux candidats du second tour de l’élection présidentielle, mercredi 2 mai 2012, n’a pas permis aux enjeux agricoles de remonter à la surface du débat. En près de trois heures de vifs échanges entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, l’agriculture n’a pas été abordée une seule fois. Tout juste, le président sortant a rappelé à son concurrent que les agriculteurs employeurs de main-d’œuvre pourraient profiter d’allégements de charges grâce à la Tva sociale applicable au 1er octobre prochain.

Certains syndicats ont tenté, chacun à leur manière, de rappeler l’importance des enjeux agricoles dans la société française.

Un message qu’a rappelé Jeunes Agriculteurs, d’abord, dès le lendemain du débat télévisé. « Le grand duel nous a laissé encore, hélas, sur notre faim ! Nous ne voulons pas que cette absence flagrante des enjeux agricoles dans le débat actuel nous laisse un jour sur notre « fin ». La fin de la relève agricole, faute de moyens et de volonté politique à tous les échelons. » Et le syndicat de marteler qu’un « nouveau pacte doit être conclu entre agriculteurs et société. »

Jeunes Agriculteurs convie d'ailleurs le prochain président de la République à son congrès à Pontarlier le 5 juin prochain pour faire lui passer ses messages.

La CR victime d’une tentative de récupération politique

Dans le débat du second tour, la Coordination rurale, elle, ne s’est pas invitée mais s’est fait invitée. Au lendemain du premier tour, le syndicat s’est d’abord félicité d’avoir obtenu un rendez-vous avec le président sortant le vendredi 27 avril. Elle se réjouissait alors de voir Nicolas Sarkozy « accorder enfin de l’importance au deuxième syndicat agricole français ».

Mais c’est bel et bien le candidat à sa réélection, et non pas le président en place, qui a reçu la CR. De cette rencontre, le syndicat en est ressorti « amer », contraint de rappeler « son caractère apolitique » à « ceux, mal intentionnés ou mal informés », qui croyaient que « le candidat Sarkozy chercherait à récupérer les voix du Front National. »

« La CR, syndicat apolitique, ne constitue en aucun cas une entrée vers l'électorat de Marine Le Pen. Cette dernière, en proposant la mise en place d'une politique agricole française, défend un programme agricole loin des revendications de la CR », a martelé Bernard Lannes, le président du syndicat, en rappelant avoir présenté à Nicolas Sarkozy son propre programme agricole.

Le dossier du foncier porté par la Confédération paysanne

Enfin, la Confédération paysanne a publié sur son site Internet mercredi 2 mai 2012, les réponses aux questions qu’elle a posées à tous les candidats du premier tour. Nicolas Sarkozy n’y ayant pas répondu, seules les réponses apportées par le candidat socialiste présentent un intérêt à trois jours du second tour.

Si le syndicat n’a jamais caché sa préférence pour le PS ou Europe Ecologie-Les verts, il attend néanmoins beaucoup de François Hollande, s’il est élu dimanche prochain, sur le dossier emblématique du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44).

Le syndicat, qui soutient six grévistes de la faim s’opposant au projet, réclamait « un moratoire sur les expropriations tant que l’ensemble des recours n’auront pas abouti ». Au regard des déclarations du candidat favori des sondages, « un premier pas a été franchi », estime le syndicat. François Hollande a en effet précisé que « cet aéroport ne se fera pas tant que l’ensemble des procédures n’auront pas abouti ».

La confédération paysanne attend maintenant une déclaration de suspension des procédures d’expropriation et demande à être entendu par le maire PS de Nantes Jean-Marc Ayrault, l’un des principaux défenseurs du projet d’aéroport.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous