Sécheresse FNSEA-JA : « Notre réseau mobilisé a besoin du soutien de l'État »

Terre-net Média

L'agriculture est une nouvelle fois « victime de la sécheresse qui sévit sur l'ensemble du territoire ». FNSEA et JA se mobilisent pour accompagner les agriculteurs dans ce contexte préoccupant et demandent le soutien de l'État.

« Avant même l'épisode caniculaire, la situation est déjà très préoccupante pour les éleveurs qui manquent de fourrage pour nourrir leurs animaux, mais également pour les grandes cultures lorsque l’irrigation n’est pas possible. Les restrictions d’usage de l’eau s’étendent, et aujourd’hui l’irrigation est interdite dans au moins 22 départements », soulignent la FNSEA et Jeunes agriculteurs dans un communiqué commun. Les deux syndicats agricoles considèrent la demande d'une augmentation de l'avance sur les aides Pac de 50 à 70 % comme une « bonne chose » mais cela n'est pas suffisant. « Les 1 milliard annoncés ne constituent pas une enveloppe supplémentaire. Or, les agriculteurs attendent des mesures fortes ! »

Les deux syndicats réclament alors que « le zonage permettant d’appliquer le cas de force majeure pour permettre le fauchage ou le pâturage des jachères soit élargi à tous les départements touchés. Et également d'ouvrir cette dérogation aux exploitations de grandes cultures, détentrices de jachères, afin qu’elles puissent mettre à disposition leurs surfaces auprès des éleveurs. ». En ce qui concerne l'activation du régime des calamités, le réseau FNSEA-JA est déjà mobilisé « pour enclencher le processus d’instruction des demandes ». « Annoncer un montant d’indemnisation prévisionnelle de 196 millions d’euros ne traduit d’aucune façon la réalité vécue sur le terrain. Les critères d’accès aux calamités agricoles restent restrictifs avec un double seuil d’accès qui pénalise tout particulièrement les polyculteurs-éleveurs. FNSEA et JA ont sollicité à maintes reprises le ministre pour assouplir l’accès à l’indemnisation. Sa réponse se fait attendre ! »

Depuis le 1er mai, FNSEA et JA sont également « mobilisés sur des opérations de solidarité pour organiser la fourniture de paille vers les zones qui en ont le plus besoin ». À ce sujet, ils demandent un « coup de pouce pour lever le frein que constitue le coût du transport. Si en 2018, les agriculteurs ont pu compter sur l’aide de certaines Régions, il serait normal que face à ce fléau national l’État apporte son soutien ».

Face à ce contexte, la gestion des risques en agriculture doit être repensée, selon les deux syndicats. « Au-delà de la concertation lancée prochainement par le ministère de l’agriculture, ce sont des mesures concrètes et efficaces qui doivent être mise en œuvre. Le système assurantiel et le régime des calamités ne peuvent pas être les seules réponses à des épisodes climatiques de ce type. L’État doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour permettre aux exploitants d’investir dans des moyens de prévention comme le stockage de l’eau, qui est une vraie solution ! »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous