CSG Hervé Morin (UDF) juge "inéluctable" une hausse en 2004

AFP

Le président du groupe UDF à l'Assemblée, Hervé Morin, juge mardi "inéluctable" une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) en 2004 car "il ne sera pas possible de continuer à faire prendre en charge le coût de la santé en taxant seulement le travail avec des hausses de cotisations".

"A partir de là, il y a deux solutions : soit la CSG, soit une participation individuelle plus forte", explique le député de l'Eure dans un entretien à La Tribune. Alors que les députés entament mardi l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), le dirigeant de l'UDF espère que "(son) groupe sera plus entendu qu'il ne l'a été sur le budget" par le gouvernement.
L'UDF défendra des amendements portant notamment "sur l'organisation de l'assurance-maladie", "la responsabilisation des acteurs, la formation médicale continue" ou encore "l'abrogation de l'augmentation du prix du tabac", a précisé M. Morin.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous