Loi agriculture et alimentation Jeunes Agriculteurs veut « dépasser les clivages et trouver un accord »

Terre-net Média

Après l’adoption de diverses versions du projet de loi agriculture et alimentation à l’Assemblée nationale et au Sénat, une Commission mixte paritaire (CMP) est organisée mardi 10 juillet pour essayer de parvenir à un compromis. Jeunes Agriculteurs demande, dans un communiqué, aux députés et sénateurs de « trouver un accord pour sécuriser le revenu des paysans ! »

« Saluons tout d’abord le travail réalisé par les députés et sénateurs, qui ont auditionné les parties prenantes et débattu du projet de loi agriculture et alimentation pendant de longues heures. Le texte, dans sa version actuelle, respecte l’esprit des États généraux de l'alimentation (EGA) sur le revenu des agriculteurs et la limitation des charges supplémentaires et contient des avancées majeures qu’il faut impérativement conserver.

Pour répondre à la promesse initiale d’inverser la logique de construction des prix des produits agricoles, les indicateurs, notamment de coûts de production, doivent être neutres et indiscutables. C’est pourquoi leur définition doit être confiée aux interprofessions, et à défaut à l’Observatoire de la formation des prix et des marges. L’Assemblée nationale a adopté cette mesure, contre l’avis du gouvernement, et le Sénat l’a enrichie en intégrant un délai de trois mois.

« Empêcher un acheteur de profiter de sa position de force auprès de son fournisseur »

De même l’extension de l’interdiction de prix de cession abusivement bas à toutes les productions est primordiale pour véritablement empêcher un acheteur de profiter de sa position de force auprès de son fournisseur, quelle que soit la situation de marché. Enfin, l’interdiction d’importer en France des produits ne respectant pas les normes françaises et européennes répondrait avec force et conviction aux demandes des agriculteurs, exprimée lors de mobilisation #SauvezLesAgris et soutenue par nombre de consommateurs.

Après quasiment un an d’échanges et des milliers d’heures de concertation et de travail dans le cadre des EGA, la loi doit maintenant être mise à l’épreuve de la réalité, et ce dès les prochaines négociations commerciales qui débutent en septembre, pour donner une chance aux agriculteurs de tirer leur épingle du jeu, après des années de difficultés. Les paysans ne peuvent plus attendre !

Jérémy Decerle, président de JA, en appelle à la responsabilité des parlementaires : "Les jeunes agriculteurs comptent sur les députés, sénateurs mais aussi sur le gouvernement pour ne pas sacrifier le revenu des paysans au profit de logiques de camp mal venues. Il est indispensable qu’un accord soit trouvé au cours de la commission mixte paritaire ! Son absence rouvrirait inutilement les débats, créant le risque d’un affaiblissement du titre 1, d’un alourdissement du titre 2 et conduirait inévitablement, quoi qu’on en dise, à un retard dans la mise en oeuvre de la loi. »

Communiqué réalisé par Jeunes Agriculteurs

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous