Projet de loi agriculture L'Assemblée vote le projet de loi agriculture en première lecture

AFP

L'Assemblée nationale a adopté mercredi par 339 voix contre 84, avec 130 abstentions, le projet de loi agriculture et alimentation en première lecture, après huit jours de débats souvent animés.

Assemblée nationaleL'Assemblée nationale a adopté le projet de loi agriculture et alimentation. (©Assemblée nationale) Le texte, porté par Stéphane Travert, a été approuvé par les députés LREM et leurs alliés du MoDem avec « enthousiasme », tandis que LR et le groupe UAI se sont majoritairement abstenus, évoquant « un rendez-vous manqué ». Abstention également pour le FN. Les élus des trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, Insoumis et communistes - ont en revanche voté contre, faisant part de leur « déception » après les « espoirs » suscités par les « États généraux de l'alimentation » (EGA), dont le projet de loi est le fruit.

Pour la majorité, le texte, qui entend notamment rééquilibrer les relations commerciales au profit des agriculteurs et vise aussi à promouvoir une alimentation plus saine et durable, opère un « tournant ». Mais, a observé Monique Limon (LREM), les objectifs fixés « ne pourront être atteints que si les professionnels s'en emparent », argument aussi mis en avant par le MoDem Nicolas Turquois, agriculteur, sur ce projet de loi qui est « une première étape ».

Au nom du groupe LR, Jérôme Nury s'est dit « partagé ». Ce texte était la « dernière bouée de sauvetage dans cette tempête de détresse qui s'abat sur les agriculteurs », mais c'est « une bouée dégonflée », a-t-il déploré, évoquant un « rendez-vous manqué avec la profession agricole ». « Des EGA au texte de loi, le compte n'y est pas », a aussi jugé Thierry Benoit (UDI-Agir-Indépendants), confirmant une « abstention d'alerte et de vigilance » de son groupe.

L'ex-ministre socialiste délégué à l'agroalimentaire Guillaume Garot a estimé que « c'est la déception qui l'emporte » après les « espoirs » nés des EGA, Loïc Prud'homme (LFI) fustigeant une loi « vide de sens » sous « l'influence des lobbys ». Le communiste Sébastien Jumel a, lui, dénoncé « un texte bien fragile qui déçoit profondément les agriculteurs de France ». « Où est passée la loi qui protège ? », a-t-il lancé, dénonçant « des mesures de marketing, un écran de fumée destiné à masquer les souffrances du monde rural ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous