Destruction de parcelles de colza La Confédération paysanne soutient l'action des faucheurs volontaires

Terre-net Média

Les Faucheurs volontaires ont détruit lundi 28 novembre deux plates-formes d'essai de colza en Bourgogne, estimant qu'il s'agissait « d'Ogm cachés ». La Confédération paysanne apporte son soutien à cette action.

Lundi 28 novembre, 70 Faucheurs volontaires ont détruit deux plates-formes d'essai de colza en Bourgogne, près de Dijon. Selon eux, ces parcelles contenaient « des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage. »

La Confédération paysanne apporte son soutien à cette action et relaie le communiqué de presse des Faucheurs volontaires. Ces derniers « dénoncent le développement de ces cultures » et l'attitude de l'industrie semencière qui, selon eux, « continue de passer en force avec la complicité des Pouvoirs Publics, au mépris du bien commun. »

Les Faucheurs volontaires demandent à Dijon-Céréales « de mettre un terme à ses essais, mais également ne plus préconiser et commercialiser les semences VrTH » et au gouvernement de mettre en place « un moratoire sur ces variétés mutées rendues tolérantes à des herbicides. »

Enfin, les Faucheurs volontaires pointent du doigt le groupe Limagrain-Vilmorin qui, selon eux, « investit les lieux de décision pour que ces nouveaux OGM et leurs brevets se retrouvent eux aussi cachés dans nos jardins, nos champs et nos assiettes » et demandent au gouvernement « de prendre position et d'agir pour que ces nouveaux OGM soient soumis au principe de précaution. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous