Certificats d’obtention végétale La CP interrompt un colloque pour dénoncer « une loi au seul bénéfice des semenciers »

Arnaud Carpon, Terre-net Web TV Terre-net Média

Des membres de la Confédération paysanne ont interrompu, mercredi 1er février 2012, un colloque organisé par le Gnis et l’Inra fêtant le cinquantenaire du système de certificats d’obtention végétale. Pour Philippe Collin, « la loi sur les Cov autorisera les obtenteurs à taxer tous les paysans et remet en cause le droit de ressemer certaines espèces ». Le syndicat compte poursuivre sa croisade contre cette loi « jusqu'à ce qu'elle soit remise sur le tapis ».

Des membres de la Confédération paysanne, qui avaient mis, pour l'occasion le désormais célèbre masque porté par les hackers du collectif Anonymous, ont interrompu, dans la matinée du mercredi 1er février 2012, un colloque organisé par l'Inra et le Gnis sur le système de certificats d'obtention végétale.

« Cette loi donne un cadre contraint dans le souci unique de préserver les intérêts des obtenteurs, a expliqué Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne. Si la recherche variétale est vraiment d’intérêt public, que les pouvoirs publics investissent directement dans cette recherche. »

Réagissant aux revendications du syndicat minoritaire, Christian Rousseau, le président de la coopérative Nouricia, plaide pour ce système de rémunération des obtenteurs, qui, selon lui, va favoriser la recherche publique, pour que les agriculteurs « aient le plus large choix possible en matière de semences ». 

Le leader de la Confédération paysanne a par ailleurs indiqué que son syndicat poursuivrait sa croisade contre la loi sur les Cov, votée le 28 novembre 2011 et publiée le 10 décembre 2011 au Journal officiel, jusqu’à ce qu'elle soit remise sur la table des débats. La CP a commencé à interpeller les candidats à l’élection présidentielle. 

Loi Cov : la CR veut une position claire de tous les députés

La Coordination rurale, qui s’élève aussi contre cette loi sur les certificats d’obtention végétale, s’interroge sur les conditions bien surprenantes qui ont entouré l'adoption de la loi. Cette dernière a, en effet, été votée à main levée par quelques députés le 28 novembre 2011 peu avant 23h.
Le syndicat demande ainsi à tous les députés de communiquer leur position sur le bien-fondé de cette loi. Il a adressé lundi 30 janvier, un courrier à chacun des députés, leur demandant de répondre sans ambiguïté à la question suivante : « Lundi 28 novembre 2011, qu'avez vous voté ou qu'auriez vous voté si vous aviez été présent au sujet de la proposition de loi relative aux "Certificats d’Obtention Végétale" ? Pour, contre ou abstention ? »
Dans son communiqué, la CR explique qu’elle « effectuera un compte-rendu précis de cette consultation. Elle publiera sur son site internet les réponses reçues sur un tableau exhaustif des députés et présentera l’intégralité des résultats lors du Salon International de l’Agriculture, du 25 février au 4 mars prochain, pour que chaque administré puisse savoir si le député de sa circonscription a pris le soin de répondre à cette question importante et quelle position il a adoptée. »

  

A lire également:

Loi sur les Cov - Les semenciers saluent le vote positif de l’Assemblée nationale

François Burgaud (Gnis) : « Sans financement de la recherche, nous irions droit dans le mur »

 

jhgjhgjg
L'interruption du colloque sur les Cov, par des membres
de la Confédération paysanne.(© Terre-net Média)

 

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous