; Attentes de la filière des énergies renouvelables

Avec Elisabeth Borne La filière des énergies renouvelables espère une « politique du résultat »

AFP

Les objectifs ne suffisent plus: les industriels et défenseurs des énergies renouvelables veulent croire qu'Elisabeth Borne sera la Première ministre « des résultats », pour pousser solaire, biogaz ou éolien toujours à la peine.

Aux côtés de Mme Borne sont attendus un ministre de « la planification énergétique » et un ministre de la « planification écologique territoriale », promis par Emmanuel Macron en campagne. Attentifs à cette réorganisation, les acteurs des énergies renouvelables attendent beaucoup d'une planification, qu'ils réclament depuis longtemps.

La France est de fait très en retard sur ses objectifs officiels de déploiement de ces énergies. Cumulant blocages administratifs, recours judiciaires, manque de terrains disponibles... elle est à 19 % d'électricité d'origine renouvelable, quand elle vise 42 % en 2030. Sur le solaire seul, le pays prévoit 20 gigawatts (GW) de capacités d'ici 2023, mais n'en est qu'à 13 GW.

Or pour faire face au réchauffement climatique et répondre au boom de la demande électrique, tous les scénarios, notamment du gestionnaire de réseau RTE, prévoient que les renouvelables dominent l'offre en milieu de siècle, et ce quelle que soit l'importance de la relance du nucléaire.

La crise énergétique actuelle a encore renforcé l'argument, entre flambée des prix des fossiles, dépendance criante à l'égard de producteurs comme la Russie, déboires d'un parc nucléaire vieillissant... Et pourtant : « la France est depuis l'automne le pays européen le plus protecteur du pouvoir d'achat des consommateurs ; c'est aussi celui qui a le moins appuyé sur l'accélérateur », dit Michel Gioria, délégué général de France énergie éolienne (FEE).

En 2017, elle autorisait 1,7 GW de sites éoliens. En 2021, c'était 1,2 GW, rattrapages de 2020 inclus. Et en 2022, « quasiment aucun projet n'a été autorisé », dit le représentant du secteur, alors que 10 GW sont dans les tuyaux : « les préfectures ne donnent quasiment plus d'autorisations, les commissions départementales paysagères ne sont pas réunies, aucune enquête publique n'est lancée... La France doit se ressaisir ».

« Il faut remettre cela dans le contexte d'une campagne présidentielle violente sur l'éolien, où l'Etat a levé le crayon », explique-t-il. « Mais dans l'intervalle on continue sur les énergies fossiles », quand le Portugal, par exemple, limitait à six mois les délais d'instruction des dossiers éoliens.

Les acteurs gaziers ont aussi appelé à renforcer le biogaz, issu notamment de méthaniseurs agricoles, pour remplacer d'ici 2030 les importations russes (soit 20 % des besoins français). A ce stade il approche les 2 %.

« Ça patine un peu »

Juste avant de quitter Matignon, Jean Castex a évoqué la préparation d'« une loi d'urgence » pour ces énergies, soumise au vote dès juillet. « Ce sera une des premières lois », a-t-il dit, parlant de « simplifier la réglementation », de « renforcer la concertation initiale pour ensuite accélérer l'exécution des projets ».

Sur les énergies renouvelables (ENR), « c'est vrai qu'on patine un peu... », admettait-il. « Les leviers ne sont pas faciles à trouver. C'est très français : on est pour, mais chez le voisin ».

Pour le secteur, nombre de mesures ne réclament pas de loi : il s'agit de renforcer les services de l'Etat, encadrer les délais d'instruction, et surtout donner « une doctrine claire aux préfets ». « Aujourd'hui, le message passe plus ou moins selon le département : cela dépend du préfet », note Daniel Bour, du syndicat du solaire Enerplan.

Les acteurs réclament le statut d'« intérêt public majeur », permettant aux ENR de prévaloir lors de disputes, sans les soustraire aux obligations environnementales. « Il est urgent d'avoir sur les ENR des politiques publiques "orientées résultats". Et on a l'impression que la culture de travail d'Elisabeth Borne, c'est ça », espère Michel Gioria.

Pour eux, la planification doit commencer vite, « pas pour 2050 mais 2022, 2023, 2024... », donnant aux régions « une vision » pour les 10 à 15 ans. Car sur l'éolien offshore par exemple, les scénarios impliquent des dizaines de parcs d'ici 2050 ; Emmanuel Macron en entrevoit 50 à cet horizon.

Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), se dit « très optimiste quant à la façon dont Mme Borne va affronter la planification. Elle a une volonté, une force de travail. Tout dépendra du mandat que lui donnera le président » pour accélérer.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP