Loi de Finance 2004 La FNSEA attend des parlementaires qu'ils défendent l'agriculture française

AFP

PARIS, 7 oct (AFP) - Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, a lancé mardi un appel aux parlementaires pour obtenir "un budget agricole à la hauteur et une véritable et grande loi agricole".

"Je n'ai pas de mots assez sombres pour qualifier l'année qui vient de s'écouler, une année noire qui a vu se succéder des conditions climatiques épouvantables, une mauvaise réforme de la PAC et un budget qui n'est pas fait pour nous rassurer", a déclaré M. Lemétayer qui recevait mardi soir une délégation de quelque 70 députés et sénateurs de toutes tendances politiques.

M. Lemétayer a déploré la "place secondaire" qu'occupe l'agriculture dans "les projets de notre pays". Il suffit d'ailleurs "pour s'en convaincre, de prendre connaissance des prévisions du budget agricole", a-t-il lancé. "Mais, d'ores et déjà, je tiens à dire que ce budget démontre que notre pays abandonne son agriculture", a-t-il fustigé.

Sur la réforme de la PAC, M. Lemétayer estime que le gouvernement qui l'a "endossée devra donc tirer les conséquences de son choix en élaborant un plan d'adaptation et d'accompagnement".

Evoquant la sécheresse, il a rappelé que les pertes pour l'agriculture s'élevaient à "au moins 4 miliards d'euros" avec un déficit fourrager atteignant 60% dans de nombreux départements, et des chutes de rendement "spectaculaires pour les grandes cultures" (45%). Louant la solidarité du monde agricole pendant cette période, M. Lemétayer a en revanche rappelé les difficultés rencontrées avec les pouvoirs publics pour le transport de la paille et le versement des indemnités.

"Près de la moitié de la paille collectée (pour les paysans qui en manquent) est en rade (200.000 tonnes). Si elle ne parvient pas à destination dans les prochaines semaines, elle sera perdue", a-t-il prévenu.

"Alors, aidez-nous à venir à bout de ces lourdeurs", a-t-il lancé.

M. Lemétayer réclame de nouveau que le taux d'indemnisation pour ceux qui pourront accéder au fonds de calamités soit porté à 35% et non à 28%, comme proposé aujourd'hui.

Concernant le mécanisme d'assurance récolte, M. Lemétayer a souligné que si cette demande des agriculteurs suscitait "de l'intérêt", "rien de concret ne se faisait".

Le président de la FNSEA a par ailleurs dénoncé l'amende de 16,7 millions d'euros infligée par la Commission européenne à six fédérations agricoles françaises, dont 12 M EUR à la seule FNSEA, pour avoir passé en 2001 une entente illégale sur les prix de la viande et une limitation des importations, au moment de la vache folle. Cet accord a été "conclu dans la transparence et avec le soutien du gouvernement français", a-t-il martelé.

Villipendant "cette sanction extravagante", M. Lemétayer a requis l'aide des parlementaires face à Bruxelles.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous