Marchés agricoles La spéculation des banques sur les marchés agricoles encadrée

Terre-net Média

La réforme bancaire votée en 2014 encadrant les contrats financiers sur les matières premières agricoles est entrée en vigueur le 1er juillet 2015. Elle va notamment réguler et encadrer les spéculations des banques sur les marchés agricoles.

Le 1er juillet 2015 est entrée en vigueur une des mesures de la réforme bancaire votée en 2014. Cette disposition a pour principal objectif de préserver le secteur des matières premières agricoles d’une spéculation qui serait déconnectée des fondamentaux agricoles, en particulier celle des banques.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture salue la mise en vigueur de cette mesure et « tient à réaffirmer son souhait que cette mesure s’applique pleinement, tout en permettant aux opérateurs de la transformation et du négoce de s’approvisionner dans le cadre de contrats à date de livraison différée ».

Désormais l'Autorité des marchés financiers (Amf) impose un plafond sur le nombre de contrats passés sur une production. Aussi, pour renforcer la transparence des transactions, les établissements bancaires devront communiquer quotidiennement le détail de leurs positions à celle-ci qui les rendra publiques dans un rapport hebdomadaire.

Cette mesure s’inscrit dans la logique de la politique menée par la France, tant au niveau international au travers du G20 agricole avec la mise en place d’Aamis (Agricultural Market Information System) qu’européen, avec la directive sur les marchés d’investissement et les instruments financiers.

Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle a défendu l’encadrement des activités spéculatives des banques sur les marchés. Pour lui, cette mesure fortement soutenue et attendue par les plateformes d’Ong et Oxfam, constitue une avancée historique, un signe positif pour une mondialisation loyale à la veille de la Cop21.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous