Plan de soutien exceptionnel Davantage de prêts de trésorerie à l’étude

Frédéric Hénin Terre-net média

Pour renforcer le « succès du plan de soutien exceptionnel », aux dires de Bruno Le Maire, le ministre a annoncé lundi 21 décembre qu’il était prêt à étudier la possibilité d’augmenter l’enveloppe de prêts de trésorerie pour lesquels les agriculteurs sont particulièrement demandeurs.


« Ma détermination d’ouvrir des perspectives
pour les agriculteurs en France l’an prochain,
en termes de prix et de revenus, est totale »,
rappelle Bruno Le Maire. (© Terre-net Média)
Rue de Varenne, les fêtes de fin d’année ne seront qu’une trêve. « En 2010, on va renforcer l’agricultureAprès une année difficile » (et même « la plus difficile en trente-cinq de syndicalisme », selon Jean Michel Lemétayer), Bruno le Maire « très inquiet pour l’avenir des agriculteurs », a affirmé, lundi 21 décembre, qu’il allait poursuivre ses actions dès le début du mois prochain. « Ma détermination d’ouvrir des perspectives pour les agriculteurs en France l’an prochain, en termes de prix et de revenus, est totale », rappelle t-il après avoir rencontré l’ensemble des représentants des principaux syndicats agricoles .

« Au delà des chiffres sur le revenu », le ministre a confié être très marqué par les situations de détresse auxquelles il fait face lorsqu'il rencontre des agriculteurs, dans sa circonscription en particulier.

En rappelant les trois axes de sa politique, le ministre a déclaré qu’il est prêt à étudier comment répondre aux souhaits d’un grand nombre d’agriculteurs de souscrire des prêts de trésorerie plutôt que des prêts de consolidation qui ne répondent pas, dans l’état actuel de la situation, au mieux à leurs besoins pour redresser leurs finances.

A lire aussi :

Plan d’urgence - Bruno Le Maire assouplit le dispositif pour répondre aux demandes du terrain

La mobilisation du ministre se poursuivra aussi l’an prochain en conduisant à terme le projet de loi de modernisation agricole et de la pêche qui devrait apporter, selon l'hôte de la rue de Varenne, de nouvelles solutions au niveau national pour stabiliser les prix et les revenus.

Un renversement total

Autre résultat de sa mobilisation, mais celle-ci pour une nouvelle Europe agricole, « le renversement majeur opéré ces derniers mois en remettant en place une régulation ». (Voir sur ce sujet l’encadré consacré à "l’appel de Paris").

« Chaque français doit avoir conscience de la situation des épisodes douloureux vécus par les agriculteurs ». L’avenir de l’agriculture n’est pas seulement l’affaire des agriculteurs selon Bruno Le Maire, mais celle de l’ensemble de la société et de son alimentation.

Retour sur « l’appel de Paris » et les contraintes environnementales

« L’appel de Paris est un acte fondateur de la nouvelle Pac ». C’est en ces termes que Bruno Le Maire est revenu sur l’évènement diplomatique européen de cette fin d’année qu’il a organisé le 16 décembre dernier. Retrouvez  ses déclarations en vidéo en cliquant sur : Cap 2013 - L’appel de Paris : « Un acte politique fondateur de la nouvelle Politique agricole commune », Bruno Le Maire.

A la sortie de son entretien avec le ministre, Jean Michel Lemétayer, président de la Fnsea, a de nouveau abordé la question environnementale et les contraintes associées auxquelles sont soumis les agriculteurs. « Je demande une pause. Qu’on arrête de charger la barque et que l’on harmonise les règles entre les pays au lieu de vouloir toujours plus de mesures alors qu’il n’y a pas de revenu. Ce n’est plus tenable».

« Des travaux seront engagés en janvier prochain pour faire un état des lieux des mesures en vigueur en France et dans l’Union mais aussi pour comparer les situations auxquelles sont confrontés les agriculteurs des différents pays », a répondu par presse interposée le ministre de l’agriculture à Jean Michel Lemétayer. Pour en savoir plus, retrouvez prochainement en images les propos de Bruno Le Maire interviewé par Terre-net Média en cliquant sur : Environnement et Bcae - « Je sais parfaitement que les agriculteurs sont confrontés à des contraintes qui sont parfois difficiles à remplir », Bruno Le Maire.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous