A Paris Le Modef dénonce le « dumping sanitaire » des importations

Terre-net Média

Le Modef profite de sa traditionnelle vente directe de fruits et légumes à Paris et dans plusieurs villes franciliennes ce jeudi 17 août 2017, pour dénoncer le « dumping sanitaire » des importations de produits contenant des pesticides interdits d’usage en France.

Comme chaque année, le Modef, cinquième syndicat agricole, organise une vente directe de fruits et légumes Place de la Bastille à Paris et dans plusieurs villes de banlieue parisienne. « Partant du Lot-et-Garonne, deux semi-remorques soit 50 tonnes de tomates, melons, prunes, nectarines, poires, pommes de terre, haricots, salades, ont été acheminés sur Paris », explique le syndicat.

« La France ne produit que 60 % de ses besoins en fruits et légumes, cette situation est due aux importations abusives pratiquées par la grande distribution et des sociétés multinationales d’importations », dénonce le Modef. « Notre dépendance alimentaire a pris des proportions alarmantes depuis 20 ans, la sécurité alimentaire des Français n’est plus assurée, nous sommes aux portes de la pénurie ! Le moindre problème dans le commerce international provoquerait une situation insupportable en matière de couverture. »

Ce rendez-vous annuel constitue toujours, pour le syndicat aux convictions anti-libérales, une occasion de réclamer des règles pour « garantir des prix rémunérateurs aux agriculteurs ». Cette revendication historique résonne particulièrement à l’heure de la mise en place des Etats généraux de l’Alimentation, censés apporter, au sein de la chaîne alimentaire, une meilleure répartition de la valeur en faveur des agriculteurs.

La vente directe du Modef résonne aussi de manière particulière compte tenu de l’affaire des œufs contaminés au Fipronil qui s’étend en Europe. « L’exemple des œufs importés de Belgique et Pays- Bas est révélateur d’une situation beaucoup plus importante que ce simple cas. Les consommateurs français sont victimes du dumping sanitaire lié aux importations. En effet, plusieurs centaines de molécules chimiques interdites en France sont toujours utilisées dans les pays qui exportent des fruits et légumes vers la France. Tous les aliments importés sont concernés. La santé publique est en cause, les consommateurs doivent connaître la vérité sur les conditions de production des fruits et légumes importés qu’ils consomment. »

Et le syndicat d’en appeler à la responsabilité de l’Etat, notamment en « interdisant les importations non conformes à notre réglementation, en soutenant la production française pour retrouver l’autosuffisance alimentaire, en encadrant les marges des distributeurs et transformateurs par la mise en place de coefficients multiplicateurs ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous