Crise agricole Le Modef réclame la mise en place de prix administrés

Terre-net Média

Le Modef dénonce, dans un communiqué, la poursuite de la course aux prix bas menée par les abatteurs, transformateurs et distributeurs au détriment des paysans. Le syndicat demande au ministre de mettre en place des prix administrés.

Pour le Modef, rien n'a changé depuis l'été du coté des abatteurs, transformateurs et distributeurs. « Ils n'obéissent qu’à une règle celle de la libre concurrence, donc du moins-disant. Ils n’ont que faire des producteurs et de leur avenir, l’important étant qu’à l’instant t leur prix d’achat soit aligné sur celui le plus bas du marché. ». Le syndicat prend pour exemple le prix du porc. Alors qu'un accord en juin fixait son prix à 1,40 euro le kilo, il est tombé à 1,08 euro jeudi 26 novembre 2015 à Plérin. « Solidarité et partage ne font pas partie des critères de gestion de ces grands groupes privés ou coopératifs ».

La situation est d'autant plus scandaleuse selon le Modef que ces groupes bénéficient de baisses de charges avec le CICE et le pacte de responsabilité et solidarité  : « Les filières agricoles et agroalimentaires ont bénéficié de 3,3 milliards d’euros d’allègement de cotisations sociales en 2015. Ainsi les grands groupes agroalimentaires sont doublement gagnant avec le cumul baisse des charges de personnel et des coûts des produits agricoles. »

Du coté des producteurs, « c’est l’inverse avec augmentation des charges et baisse des prix et enfumage sur une soi-disant année blanche que les banques ont décidé de ne pas mettre en œuvre. »

Le syndicat demande donc au ministre de l'agriculture « d'assumer sa responsabilité » et de « mettre en place des prix administrés, un encadrement des marges avec la grande distribution et une maîtrise des volumes produits » afin d'assurer un revenu aux paysans.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous