45e congrès de Jeunes Agriculteurs à Rodez Les adhérents adoptent la refonte du financement de l’installation aidée

Terre-net Média

Après de longs et rudes débats, les adhérents JA ont adopté la refonte du système de financement des installations aidées. JA souhaite ainsi le remplacement de la Dja par une Aide à la création d’entreprise jeunes agriculteurs (Acreja) et du système actuel de prêts bonifiés par le Fédija, un Fonds d’épargne et d’investissement utilisable tout au long de la carrière du jeune. Le syndicat propose par ailleurs un plan de développement des exploitations plus évolutif.


Aux côtés de Jean-Michel Schaeffer, président de JA, Arnaud
Tachon, Laurent Poirier et Nicolas Maurel, les trois rapporteurs
de la refonte du financement des installations aidées. (© DR)

Très tard dans la soirée du 8 juin 2011, deuxième jour de leur 45ème congrès, les adhérents de Jeunes Agriculteurs ont débattu à Rodez des trois points novateurs de leur rapport d’orientation.

En premier lieu, JA entérine la transformation de la Dja par une Aide à la création d’entreprise jeunes agriculteurs (Acreja). « La Dja est aujourd’hui détournée de son objectif premier, ont expliqué Nicolas Maurel, Arnaud Tachon et Laurent Poirier, les trois rapporteurs. A l’orgine, elle était conçue pour financer le cycle de production de la première année. » Les JA reprochent également au système de Dja actuel les différences de montant attribué selon le département et la période de l’année pour un même projet.

La zone où se situe l'exploitation ne serait plus le seul critère

L’Acreja serait basée sur une enveloppe nationale et non plus sur un montant départemental, avec une grille de calcul appliquée dans toutes les Cdoa. Une grille de calcul, vivement discutée entre adhérents, qui intégrerait notamment la prise en compte de l’apport de l’installation dans la dynamique locale, de la maîtrise économique du projet, de son approche « marché », au lieu d’un unique enjeu territorial.

Les fonds alloués à l’Acreja seraient aussi bien employés pour se constituer de la trésorerie, pour démarrer son activité, que pour alimenter le Fedija, véritable pilier du futur financement des installations.

Un « mur bancaire » constitué de toutes les aides

Le Fedija, Fonds d’épargne pour le développement et l’investissement jeune agriculteur, viendrait remplacer les prêts bonifiés et regrouperait toutes les aides des partenaires à l’installation. Il servirait de cautionnement des prêts et pourrait être utilisé tout au long de la carrière de l’agriculteur, au moment de son installation mais aussi pour réinvestir pour des besoins de rénovation de mise en place de nouveaux projets.

« D’après les premières réflexions des banques, on peut estimer que pour 1 euro placé, le porteur de projet pourra emprunter 10 euros pour financer son exploitation », ont expliqué les rapporteurs. « Reste néanmoins à savoir, dans un tel schéma, si les banques s’engageront à réserver des taux préférentiels », ont alerté de nombreux jeunes pour qui le rôle de l’Etat reste essentiel pour contrôler le bon fonctionnement du dispositif.

JA propose, par ailleurs, deux ans seulement après son lancement, une rénovation du plan de professionnalisation personnalisé (Ppp). JA préconise notamment de se baser sur le niveau 3 (Bts Acse…) pour prescrire des formations ou des stages, et non plus sur le niveau 4 (Bac pro…).

Un plan de développement plus flexible

Estimant que tout projet est évolutif, le syndicat souhaite enfin une plus grande flexibilité du Plan de développement de l’exploitation, avec la possibilité d’y intégrer des scénarii alternatifs au projet originel. Le Pde serait ainsi davantage modifiable pour s’adapter, le cas échéant, aux éléments pouvant impacter l’évolution de la santé financière de l’exploitation.

Reste pour JA, après l’adoption de ce rapport, à en définir les détails techniques. Des détails sur lequel le syndicat se penchera en septembre 2011, pour présenter un rapport plus technique en juin 2012.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous