États généraux de l’alimentation Les Chambres d’agriculture co-organiseront des débats en région

Terre-net Média

Les Chambres d’agriculture, avec les régions et les autres chambres consulaires, organiseront des débats sur le terrain, en région, notamment sur la question du développement des filières au niveau local en lien avec les programmes alimentaires territoriaux.

Pendant toute la durée des États généraux de l’alimentation, qui ont été ouvert jeudi 20 juillet par quatre ministre et le Premier ministre Édouard Philippe, les Chambres d’agriculture organiseront plusieurs ateliers régionaux. 

« Pour la création de valeurs, c’est le rôle des territoires d’innover en ce sens, rappelle l’APCA dans un communiqué. C’est l’ambition que nous portons pour ces États généraux au moyen du développement des projets dans les territoires, des projets qui rapprochent tous les acteurs au plus près du terrain et des collectivités territoriales. »

« Le développement de filières au niveau local, à travers les PAT (programmes alimentaires territoriaux) créera de nouveaux débouchés pour les agriculteurs, avec les collectivités et d’autres parties prenantes, pour le développement et pour plus de valeur ajoutée dans les territoires. »

« C’est pourquoi les Chambres régionales d’agriculture avec d’autres partenaires économiques comme les Régions mais aussi les Chambres consulaires seront mobilisées pour organiser des débats sur le terrain sur différentes thématiques : export, numérique, alimentation de proximité… »

« Il n’y a plus de modèle agricole unique, mais des systèmes d’exploitation réinventés et personnalisés »

« Apporter des solutions et co-construire avec les agriculteurs implique aussi une autre façon de travailler en s’appuyant sur la recherche, l’expérimentation mais aussi la vulgarisation et le transfert de connaissances. »

« Dès maintenant et pour les prochains mois, il convient d’investir dans l’immatériel. Il n’y a plus de modèle unique, mais des systèmes d’exploitation réinventés et personnalisés. Réussir des projets de transition sur les exploitations ne passe pas que par le biais des investissements matériels, une partie des solutions vers une transition réussie se situe en leur sein et dans leurs pratiques. Il faut  accompagner les hommes, leur transférer l'innovation la plus adaptée à leur projet. »

« À l’occasion des EGA, portons un autre regard sur l’investissement immatériel. Faisons le pari de reconnaître l’investissement dans les hommes, dans leur accompagnement, dans leur formation. Il en va de l’avenir des biens communs que sont l'agriculture et l’alimentation », a commenté Claude Cochonneau, président des Chambres d’agriculture.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous