Accord UE-Mercosur Les ministres de l'agriculture de l'UE demandent une étude d'impact

AFP

Bruxelles, 11 avr 2016 (AFP) - La plupart des ministres de l'agriculture de l'UE ont fait part de leur inquiétude à l'approche des négociations entre l'Union et le Mercosur en vue d'un accord de libre-échange, exigeant une étude d'impact, à l'issue d'une réunion lundi à Luxembourg.

« La protection des intérêts des producteurs européens dans les secteurs sensibles dans les négociations avec le Mercosur reste d'une grande importance », a déclaré le ministre néerlandais de l'agriculture, Martijn Van Dam, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l'UE. Les produits dit « sensibles » sont les produits laitiers, la viande (porc, bœuf, volaille) et les fruits et légumes. Le Mercosur regroupe l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay, ainsi que le Venezuela qui ne participe pas aux négociations en cours. « Nous avons demandé à la Commission de faire d'abord une analyse d'impact sur ce que serait l'offre de négociation avant de décider d'une offre », a ajouté Martijn Van Dam.

Pas moins de 20 Etats membres ont fait part de leurs inquiétudes, a rapporté de son côté le commissaire européen à l'agriculture, Phil Hogan, à la fois quant au moment choisi pour lancer les discussions, en pleine crise agricole, et au niveau « stratégique ». « Nous sommes conscients des difficultés dans le secteur laitier et la viande porcine, et je serai en position de rapporter à la commissaire au Commerce (Cecilia Malmström) les inquiétudes exprimées », a promis Phil Hogan. Il a également fait état des craintes soulevées par les ministres européens de l'agriculture sur l'opportunité d'évoquer les droits de douane applicables « à ce stade des négociations ».

La moitié des importations depuis le Mercosur sont des produits agricoles et l'UE a déjà un déficit de près de 20 milliards d'euros dans ce secteur en l'absence d'un accord de libre-échange, avait souligné un peu plus tôt le commissaire Hogan auprès des ministres.

L'UE et le Mercosur ont annoncé vendredi que les échanges d'offres tarifaires entre les deux blocs se feraient « dans la seconde semaine de mai », nouvelle étape après la réouverture en 2010 des négociations pour un accord de libre-échange.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous