Souveraineté alimentaire Les sénateurs proposent des mesures pour la durabilité du modèle agricole

Terre-net Média

Pour les sénateurs de la commission des affaires économiques et de la commission du développement durable, la souveraineté alimentaire ne s’oppose pas à la durabilité du modèle agricole français, mais constitue au contraire un des leviers de cette durabilité. Le 19 mai, ils ont adopté un rapport d’information commun pour un modèle alimentaire français encore plus durable et encore plus local.

« Vers une alimentation durable et locale : corriger les faiblesses et consolider les forces de notre modèle agricole », c’est le titre du rapport adopté le 19 mai par les sénateurs de la commission des affaires économiques et de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable. Alors que le sujet de la souveraineté alimentaire était au cœur des débats au cours de la Semaine de l’agriculture, les parlementaires ont tenu à apporter leur pierre à l’édifice à travers 25 recommandations sur l’offre agricole et les consommateurs.

Dans ce contexte, « l’impératif de souveraineté alimentaire ne s’oppose pas à celui de durabilité ; au contraire, les deux objectifs sont liés : la reconquête de nos parts de marché perdues dans le bol alimentaire des Français, c’est de l’alimentation plus locale donc plus durable », estime Sophie Primas, présidente de la commission des Affaires économiques.

Les sénateurs veulent ainsi renforcer la souveraineté alimentaire française et consolider les initiatives locales en matière alimentaire, tout en maîtrisant l’empreinte environnementale de l’agriculture et de l’alimentation, dans un laps de temps compatible avec le temps des cultures.

Plusieurs pistes sont évoquées en ce sens : mieux accompagner les agriculteurs dans la transition, réduire les importations, mais aussi valoriser les approvisionnements locaux en développant par exemple les projets alimentaires territoriaux. Le consommateur doit également être accompagné vers des actes d’achat plus responsables, ce qui pourrait aussi passer par un chèque alimentaire aux ménages les plus modestes qui ne doivent pas être contraints de ne consommer que des produits importés à bas coût.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous