[Synthèse] Mobilisations FNSEA-JA Levée des blocages en attendant un rendez-vous à Matignon le 3 décembre

Terre-net Média

[Article mis à jour à 23h30] Les agriculteurs des réseaux FNSEA et Jeunes agriculteurs ont manifesté une nouvelle fois ce 27 novembre. Dans le bassin parisien, près de 1200 tracteurs ont convergé jusqu'aux abords de la capitale, bloquant la circulation sur le périphérique, tandis qu'une centaine d'agriculteurs menés par la FNSEA Grand Bassin Parisien manifestaient sur les Champs-Elysées pour inciter Emmanuel Macron à leur répondre. Les blocages ont finalement été levés dans la soirée, après un rendez-vous avez le ministre de l'Agriculture et la secrétaire générale adjointe de l'Elysée. Une rencontre avec le Premier ministre a également été programmée pour le 3 décembre.

Les agriculteurs des réseaux FNSEA-JA à Paris pour demander un rendez-vous à Emmanuel MacronLes agriculteurs des réseaux FNSEA-JA à Paris pour demander un rendez-vous à Emmanuel Macron (©Terre Net Media) 

À l'appel de la FNSEA et de JA, les agriculteurs ont organisé le 27 novembre une nouvelle journée de mobilisation.

Alors que les sujets de mécontentements s'accumulent pour la profession agricole, comme les zones de non traitement (ZNT), l'agribashing, les distorsions de concurrence dans le cadre d' accords de libre-échange, ou les effets limités de la loi Egalim, les agriculteurs ont convergé en tracteur vers Paris, mais également autour de Lyon, pour obtenir un rendez-vous avec le président de la République, Emmanuel Macron.

À Paris, alors que 1200 tracteurs venus d'Ile-de-France, de Normandie et des Hauts-de-France devaient se retrouver avenue Foch, ils se sont finalement immobilisés sur le périphérique au milieu de la journée, bloquant la circulation pour inciter l'Elysée à leur répondre. Au même moment, près de 200 agriculteurs venus en car et en voiture ont immobilisé l'avenue des Champs-Elysées, y déversant de la paille avant d'être encerclés par les CRS. 

Finalement confinés avenue Georges V, les manifestants ont décidé d'y rester toute la journée pour "instaurer un rapport de force" plus favorable, a expliqué le président de la FRSEA Ile-de-France, Damien Greffin. 

Des actions partout en France

Si la mobilisation parisienne a été particulièrement mise en valeur, des actions diverses ont eu lieu partout en France. Autour de Lyon, les tracteurs ont bloqué les accès à trois autoroutes. A Clermont-Ferrand, ils se sont réunis au péage de Gerzat, sur l'A71. A Toulouse, une soixantaine d'agriculteurs se sont rassemblés devant le MIN vers 10h.

Plusieurs FDSEA et sections JA départementales ont également organisé des opérations de vérification de l'étiquetage de l'origine des produits dans les grandes surfaces, ou inspecté l'origine de la viande dans les boucheries, comme en Loire-Atlantique.  

Demande de rendez-vous avec l'Elysée

L'objectif de la mobilisation était d'obtenir un rendez-vous avec l'Elysée. Si Emmanuel Macron n'a pas accordé de rencontre aux agriculteurs, une délégation de la FNSEA et de Jeunes Agriculteurs a finalement été reçue à 17h au ministère de l'Agriculture par Didier Guillaume et la secrétaire générale adjointe de l'Elysée.

Le ministre de l'Agriculture a d'ailleurs exprimé à plusieurs reprises, au cours de la journée, son soutien au mouvement des agriculteurs : "il y en a assez de ce dénigrement", a-t-il déclaré le matin au micro d'Europe 1, avant d'affirmer devant le Sénat, dans l'après-midi, que "la grande distribution va pouvoir payer différemment les choses", et que "la mobilisation des agriculteurs va contribuer avec le travail des parlementaires et du gouvernement à faire évoluer cette situation", estimant que les revenus des agriculteurs n'étaient "pas assez élevés". 

La rencontre a finalement donné satisfaction aux représentants de la FNSEA et de JA sur plusieurs points. Alors que le gouvernement doit annoncer prochainement les distances de non traitement à respecter à proximité des habitations, le ministre de l'Agriculture a réaffirmé que le gouvernement respectera l'avis de l'Anses, se basant uniquement sur la science. 

"Si avec des mesures comme les buses anti-dérives, les panneaux récupérateurs, et tout ce qui peut éviter la dispersion des gouttelettes, l'Anses dit que l'on peut avoir une distance de zéro mètre, le gouvernement va suivre. C'est ce qu'a dit le ministre de l'Agriculture et la conseillère d'Emmanuel Macron", a salué Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à l'issue du rendez-vous. 

L'application mitigée de la loi Egalim et le manque de prix rémunérateurs était également au cœur des discussions. Sur ce point, le président de la République a fait savoir aux agriculteurs qu'il serait "intraitable vis à vis des acteurs qui ne respecteraient pas la loi" et que "des sanctions seront prises", a rapporté de son côté Samuel Vandaele, président de JA. 

Enfin, le gouvernement a également rappelé sa volonté d'agir pour mettre fin à l'agribashing, et notamment de condamner plus fortement les agressions envers les agriculteurs et les intrusions sur les exploitations

Si certains sujets n'ont pas été évoqués, comme les accords de libre-échange, les représentants de la FNSEA et de JA attendent le rendez-vous obtenu avec le Premier ministre, le 3 décembre à 9h30, pour décider s'ils poursuivent leur mouvement, commencé début octobre. En attendant, les blocages ont été levés.  

Live

Delphine Jeanne 27/11/2019 20:31

A côté des Champs Elysées, Christiane Lambert et Samuel Vandaele relatent aux agriculteurs toujours mobilisés les engagements obtenus. 

Les blocages sont suspendus jusqu'au rendez-vous avec le Premier ministre, prévu le 3 décembre. 

 

Delphine Jeanne 27/11/2019 19:40

Du côté de la FNSEA et de JA, Christiane Lambert se satisfait de la volonté du gouvernement de respecter les recommandations de l'Anses en ce qui concerne les ZNT. 

"Si avec des mesures comme les buses anti dérives, les panneaux récupérateurs, et tout ce qui peut éviter la dispersion des gouttelettes, l'Anses dit que l'on peut avoir une distance de zéro mètre, le gouvernement va suivre. C'est ce qu'a dit le ministre de l'Agriculture et la conseillère d'Emmanuel Macron", indique la présidente de la FNSEA devant le ministère de l'Agriculture.

Quant à l'application de la loi Egalim, rapporte de son côté Samuel Vandaele, président de JA, le ministre et la conseillère d'Emmanuel Macron ont fait savoir que "le président de la République sera intraitable vis à vis des acteurs qui ne respectent pas la loi". "Les sanctions tomberont", a répété Samuel Vandaele. Une réunion se tiendra le 5 décembre sur le sujet des relations commerciales.

Les délégations retournent à présent avenue Georges V pour demander la levée des blocages.

 

Delphine Jeanne 27/11/2019 19:33

Fin du rendez-vous au ministère de l'Agriculture. 
"Nous soutenons ce mouvement", indique Didier Guillaume à l'issue de la rencontre, annonçant un rendez-vous entre la FNSEA et JA et le Premier ministre, le 3 décembre. Le ministre de l'Agriculture désapprouve lui aussi "le dénigrement permanent de l'agriculture et des agriculteurs". Sur la question des ZNT, il précise que le gouvernement "s'appuiera uniquement sur la science". Quant au revenu des agriculteurs, il n'est "pas assez élevé", ajoute le ministre qui a promis une nouvelle fois de "mettre la pression" sur les industriels et les distributeurs qui ne joueraient pas le jeu de la loi Egalim.

Delphine Jeanne 27/11/2019 17:02

[17h - Rendez-vous avec l'Elysée] Les représentants de la FNSEA et de JA ont actuellement rendez-vous au ministère de l'Agriculture avec la secrétaire générale adjointe de l'Elysée, le ministre de l'Agriculture, le conseiller Agriculture de Matignon.

"Bien sûr, nous n'aurons pas toutes les réponses aujourd'hui. Mais nous voulons qu'à l'issue du rendez-vous, le ministre de l'Agriculture prenne la parole pour dire que les agriculteurs sont des professionnels, que les références pour les ZNT doivent être celles de l'Anses, et que lorsqu'il y a des chartes riverains, la distance peut même être de zéro mètre ! Dans 99 % des cas, ça se passe très bien avec les voisins !" explique Christiane Lambert. 

Les représentants de la FNSEA et de JA reviendront avenue Georges V après le rendez-vous pour en rendre compte aux agriculteurs présents. 

Delphine Jeanne 27/11/2019 16:42

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et Samuel Vandaele, président de JA, vont se rendre pour 17h au ministère de l'Agriculture où un rendez-vous avec la numéro 2 de l'Elysée a été obtenu, annonce Damien Greffin sur l'avenue Georges V.

192F8747-B4FE-45FA-A2CA-FFB08E48E1C2.jpeg

Delphine Jeanne 27/11/2019 15:59

Les discussions sont en cours entre Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et les présidents de FDSEA présents Avenue Georges V, pour décider des suites de la mobilisation.

A8F31481-5EA1-4A9E-AC9F-B180AB55A272.jpeg

Delphine Jeanne 27/11/2019 15:26

[Point de situation à 15h30] Un rendez-vous avec les agriculteurs aurait été obtenu au ministère de l'Agriculture vers 17h avec Didier Guillaume et un conseiller d'Emmanuel Macron. Est-ce que ce sera suffisant pour que les manifestants débloquent les routes et l'avenue Georges V ?

Delphine Jeanne 27/11/2019 14:06

Cette manifestation, c'est "1200 tracteurs, 500 paysans sur les Champs-Elysées, et au total près de 2000 agriculteurs à Paris en ordre dispersé", explique Damien Greffin dans un point de situation à destination des agriculteurs bloqués sur le périphérique avec leurs tracteurs.

A8E19FEC-B63D-49C2-BEDC-E307681C7172.jpeg 

Delphine Jeanne 27/11/2019 13:57

Toujours sur l'avenue Georges V, à Paris, les présidents de FDSEA et Jérôme Despey "ont décidé, en responsabilité, de rester ici et de ne pas aller avenue Foch, où instaurer un rapport de force serait plus compliqué", explique Damien Greffin, président de la FRSEA Ile-de-France. 

Les agriculteurs sont toujours en attente d'un rendez-vous avez le président de la République. "Est-ce que c'est compliqué d'avoir une heure de rendez-vous ? Non ! Alors on reste ici !" renchérit Jérôme Despey.

75807918-88F1-473F-9763-22244F8F84BC.jpeg

Delphine Jeanne 27/11/2019 13:38

Les voitures des agriculteurs qui bloquent l'avenue Georges V, à côté des Champs-Elysées, arborent le hashtag #sauvetonpaysan

7B808EA6-1924-42D6-8141-F5678EC4F6DA.jpeg

Delphine Jeanne 27/11/2019 12:27

Pendant ce temps, la police enlève la paille déversée par les agriculteurs pour permettre à la circulation de reprendre sur la célèbre avenue parienne

2A96084C-EE8D-4061-B2A5-D499219C0C68.jpeg

Delphine Jeanne 27/11/2019 12:22

Avenue des Champs Elysées, les agriculteurs se sont repliés sur le trottoir, dans le calme. Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, prend la parole : "Tant qu'on n'a pas de rendez-vous avec Emmanuel Macron, on reste mobilisés !"E9443E66-98D1-4DEF-AF02-1941D1FA4F8B.jpeg

 

Delphine Jeanne 27/11/2019 10:57

Encerclés par les CRS qui les somment de partir, les agriculteurs refusent de quitter les Champs-Elysées.

F01CB099-D236-4172-ABCE-0AA88DEB79C7.jpeg 

Delphine Jeanne 27/11/2019 10:36

Les tracteurs sont attendus de pied ferme avenue Foch, alors que la plupart des convois roulent actuellement sur le périphérique parisien.

A43D9000-0CC3-44B9-BAC2-74942B5AD95F.jpeg

D845D000-EA9C-4E42-815F-31E74EF3DB70.jpeg

 

Arnaud Carpon 27/11/2019 10:42

Ca ressemble au terminus. A droite des barrières se profilent l'Arc-de-Triomphe et les Champs-Elysées.

Sébastien Duquef 27/11/2019 10:14

Il semblerait que les services de sécurité aient sorti l'artillerie lourde face aux paysans !

Arnaud Carpon 27/11/2019 09:52

Sur les réseaux sociaux, et en particulier sur Twitter, il y a des messages critiquant l'action syndicale en cours, et d'autres soutenant les agriculteurs...

 

Delphine Jeanne 27/11/2019 09:35

[Témoignage] Thomas Brebion, agriculteur dans les Yvelines, rejoint Paris sur son tracteur pour dénoncer les « incohérences » du gouvernement : « on a des réglementations de plus en plus lourdes et contraignantes, et à côté on signe des accords de libre échange qui permettent d’importer des produits qui ne sont pas soumis aux mêmes normes que les nôtres ! On se fait flouer et le consommateur aussi ».

Ce qui l’inquiète le plus, c’est qu’on « n’écoute plus la parole des scientifiques ». Il redoute notamment les annonces à venir sur les ZNT : « autour de mon exploitation, il y a des hameaux dispersés partout. Depuis que je suis installé, je n’ai jamais eu une réflexion de la part d’un voisin au sujet de la pulvérisation. Mais aujourd’hui, avec les médias, les gens se posent des questions... ». Et si le gouvernement prévoie des distances minimales autour des habitations, aucune mesure de compensation n’est prévue. « Alors que moi je suis locataire, mon loyer je le paye à 100 % », explique Thomas Brebion.

Il espère que les mobilisations inciteront Emmanuel Macron à prendre davantage en compte la parole des agriculteurs. « Il faut au moins qu’il rencontre des gens de terrain ! », insiste l’agriculteur

Amélie Bachelet 27/11/2019 09:35

Des opérations de blocage sont prévues à Paris mais pas seulement. En Rhône Alpes, des agriculteurs veulent bloquer les accès autoroutiers de Lyon en trois points. L'objectif de cette mobilisation : mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles.

 

Arnaud Carpon 27/11/2019 08:46
Delphine Jeanne 27/11/2019 06:02

Bienvenue sur le live dédié à la manifestation des agriculteurs ce 27 novembre. Tout au long de la journée, retrouvez des informations actualisées sur les actions menées partout en France pour dénoncer une nouvelle fois, après déjà deux journées de mobilisations le 8 et le 22 octobre, les contraintes et les difficultés du secteur agricole. La liste des sujets de mécontentement est longue : mise en place de zones de non traitement (ZNT) autour des habitations, absence de prix rémunérateurs un an après la mise en place de la loi Egalim, accords de libre-échange qui mettent en concurrence les produits français aux standards de production élevés avec les agricultures d'autres pays aux normes moins strictes... Le tout, dans un contexte d'agribashing qui blesse de plus en plus les agriculteurs. 

Comme le 22 octobre, les manifestants interpellent directement le président de la République, attendant une prise de parole et des réponses sur l'ensemble de ces sujets.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous