Crise agricole « Quel avenir pour la France et ses paysans », questionne le Modef

Terre-net Média

Face aux difficultés des éleveurs, le Modef dénonce une énième fois les méfaits de « l’agrobusiness » rendant les agriculteurs « toujours plus dépendants d’un système ». Une seule solution selon le syndicat : un « prix rémunérateur qui couvre le coût de production et le travail paysan. »

« Les gouvernements successifs, l’Europe, et le syndicat majoritaire nous ont emmenés dans une impasse. Sous couvert de libre concurrence et de mondialisation depuis des décennies, ils nous ont faits prendre le chemin de l'industrialisation », rappelle le Modef dans un communiqué.

« Sous prétexte de modernisation et de compétitivité, ils ont imposé aux agriculteurs des investissements massifs qui, au lieu de leur apporter de la liberté et du confort, les ont rendus toujours plus dépendants d’un système dont ils sont les « dindons de la farce » avec des charges impossibles à surmonter.

Les coopératives agricoles ont fusionné les unes avec les autres pour devenir des multinationales dont le contrôle a totalement échappé aux paysans qui les ont fondées.

L'industrie agroalimentaire est devenue si puissante au cours de ces dernières décennies qu'elle nous impose ses règles où seul le profit compte. Bambou dans le steak haché, viande de cheval qui se fait passer pour du bœuf ! Volailles importées sans traçabilité ...

Paysans et citoyens doivent faire entendre leurs voix avec force pour que cesse l'agrobusiness compte-tenu de la nocivité dans laquelle il nous plonge.

Sinon dès demain, pas dans 10 ans mais bien demain, notre agriculture sera dans une spirale qu'il ne sera plus possible d'arrêter.

« Changeons le système »

Aujourd'hui : ferme de 1 000 vaches avec une entreprise de BTP pour actionnaire, dans l'Indre en quelques mois 1 500 hectares achetés par une société chinoise avec pour ambition 5 000 hectares, des supermarchés qui se revendiquent avec fierté producteurs commerçants mais qui injectent de l'eau saumurée avec des arômes dans leurs steaks.

Si nous laissons faire aujourd'hui sans réagir, voilà la réalité de ce qui se met en place, qui en parallèle de détruire notre santé, va détruire tout un pan de l'économie rurale, l'environnement, et  notre culture. »

« Si le système ne fonctionne pas alors changeons le système ! Une seule solution : un prix rémunérateur qui couvre le coût de production et le travail paysan. »

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous