Nitrates et produits phytos Ségolène Royal : « il faut aller beaucoup plus loin »

Afp

Paris, 20 nov 2014 (AFP) - Ségolène Royal s'est prononcée jeudi pour une interdiction de « toutes les substances dangereuses » dans l'alimentation, les emballages et les produits de soin. Elle s'est exprimée également sur la lutte contre les produits phytosanitaires et les nitrates.

« Ce qu'il faut, c'est éliminer toutes les substances dangereuses qui sont et dans l'alimentation et dans les emballages, et dans les produits de soins, par exemple les parabènes, les phtalates », a déclaré la ministre de l'Ecologie. Elle était interrogée, sur Bfmtv/Rmc, à quelques jours de la conférence environnementale, qui réunira les 27 et 28 novembre à l'Élysée ministres, parlementaires, collectivités, Ong, entreprises et syndicats, autour de trois thèmes : l'organisation de la Conférence climat de l'Onu à Paris fin 2015, les transports, les problématiques santé en lien avec l'environnement.

Ce sont « trois sujets majeurs pour notre vie quotidienne », a souligné la ministre. « Il faut identifier encore les produits chimiques (...), les éliminer, les interdire », a dit Ségolène Royal. « Par exemple les parabènes, les phtalates, les perturbateurs endocriniens », a-t-elle précisé. Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques capables de modifier le fonctionnement hormonal et d'avoir des impacts sur la santé.

La ministre a également estimé qu'il fallait « aller beaucoup plus loin » dans la lutte contre les pesticides et aussi « lutter contre les nitrates ».

L'Assemblée a voté en juillet des mesures restreignant l'usage de pesticides près des lieux sensibles comme les écoles et le gouvernement a fait adopter fin septembre par les députés, en commission, une anticipation de 2020 à fin 2016 de l'interdiction des produits phytosanitaires dans les espaces verts gérés par les collectivités territoriales.

Une directive nitrates (dérivés des engrais azotés), entrée en vigueur cet été, a par ailleurs fait basculer près de 4.000 communes et 63.000 exploitations agricoles dans l'illégalité, au grand dam de nombreux exploitants parfois contraints à des investissements coûteux pour limiter la pollution des eaux et une éventuelle prolifération d'algues vertes.

Ségolène Royal a également indiqué avoir « lancé un appel à projets pour 1.500 méthaniseurs ». « Je vais rendre publique la carte des projets la semaine prochaine », a-t-elle ajouté. « Il y a des solutions positives », a estimé Ségolène Royal, expliquant qu'en transformant les déjections animales en biogaz, les méthaniseurs diminuaient la pollution tout en fournissant de l'énergie aux exploitations agricoles. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous