Agriculture et alimentation Stéphane Travert défend un texte « équilibré » à l'Assemblée

AFP

Le ministre Stéphane Travert a défendu mardi à l'Assemblée nationale un projet de loi « équilibré » sur l'agriculture et l'alimentation, affirmant que le secteur agricole, que le texte entend « tirer vers le haut », « doit pouvoir retrouver son esprit de conquête ».

« C'est un texte équilibré et bien éloigné des visions parfois folkloriques de l'agriculture qui fleurissent ça et là », a déclaré le ministre, à l'ouverture des débats en première lecture sur le projet de loi « pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ».

Le texte, qui sera débattu dans l'hémicycle, week-end compris, jusqu'à son vote mardi prochain, intervient « presque dix mois jour pour jour après le lancement des Etats généraux de l'alimentation » (EGA) voulu par Emmanuel Macron « dès le début de son mandat » et en est « le premier fruit », a-t-il souligné. Il doit « donner du corps » à des évolutions législatives issues de ces travaux.

Assurant que l'agriculture et l'alimentation sont « au cœur » des projets de la majorité pour la France, ce « marcheur » de la Manche et ancien député socialiste a observé qu'il fallait « lutter à la fois contre ceux qui veulent que rien ne bouge » et « ceux qui veulent absolument imposer leur vision ».

Le ministre a appelé les députés à « penser tout particulièrement aux agriculteurs et à nos concitoyens », jugeant que « l'agriculture française doit pouvoir retrouver son esprit de conquête » et qu'il faut que les agriculteurs qui « subissent de plein fouet une guerre des prix » perçoivent « le juste prix de leur labeur ».

Le texte, qui prévoit notamment une « construction du prix à partir de l'amont », et donc des agriculteurs plutôt que des distributeurs, « ne consiste pas en de simples ajustements techniques », a-t-il insisté. « Il appelle à un changement clair de paradigme attendu par le consommateur et le monde agricole ». « C'est parce que nous voulons une agriculture prospère, compétitive et durable que notre projet vise à soutenir les agriculteurs afin qu'ils puissent vivre de leur travail, tout simplement », a aussi affirmé Stéphane Travert.

Le ministre a également assuré que le gouvernement était « particulièrement attentif » au sujet du bien-être animal et entendait faire de l'alimentation un « moteur fort de la réduction des inégalités sociales », avec notamment les disposition prévoyant « au moins 50 % de produits issus de l'agriculture biologique, locaux ou sous signes de qualité à compter du premier janvier 2022 » dans la restauration collective.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous